AccueilAccueil  FAQFAQ   Aides  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Soan Knight - "Faction before Blood"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar
I am
Messages : 812
Points : 858
Date d'inscription : 07/02/2015
Age IRL : 25


Carte d'identité
Mon âge: 22 ans
Ma faction d'origine: Fraternels
Mes relations:

Sam 7 Fév - 1:38





Soan  Knight


- A brave man care more about others than himself -


Identité


Prénom(s) : Soan
Nom : Knight
Date de naissance :  11 novembre 2102
Âge : 22 ans
Faction d'origine : Fraternels
Le Test était-il concluant? : Non
Statut social : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Groupe : Audacieux
Avatar : Andrew Cooper




Caractère


Quoi qu'il en dise, Soan a été élevé chez les Fraternels et ça se ressent sur sa personnalité. Avec les inconnus, il a cette façade joyeuse, chaleureuse, aimable et joueuse qui fait de lui un mec très abordable au rire communicatif. Il a aussi une nature profondément pacifique, il croit au dialogue et à la force des mots, bien qu'il utilise plus souvent les poings que ce qu'il voudrait au fond de lui... Il est toujours à la recherche de la paix intérieure qui anime chaque membre de son ancienne faction, et même s'il sait qu'il ne pourra jamais l'atteindre, raison pour laquelle il a choisi les Audacieux, une partie de lui-même reste toujours attachée à cet idéal inaccessible pour lui. Car Soan est avant tout un garçon brisé par la vie et il n'a jamais réussi à se reconstruire depuis son enfance. Il a le sentiment d'avoir perdu une part d'humanité que son père lui a volé trop jeune, et cette perte laisse encore un vide dans son coeur. C'est dans cet espace béant que se loge sa facette sombre, il abrite la douleur qui se réveille parfois en lui et qui le rend lunatique. Les jours où cette noirceur ressurgit, il se montre isolé et irritable, son visage se ferme complètement aux autres et il se réfugie instinctivement dans la solitude pour ne pas montrer cette faiblesse aux autres - il ne le supporterait pas. Dans l'hypothèse où quelqu'un l'aborde alors, son impulsivité et la violence qu'il tente d'enfouir profondément dans son coeur ressurgit subitement, il est alors capable de frapper au hasard, de déverser toute sa haine et sa douleur sur un parfait innocent. Il déteste cette facette de lui-même mais plus il essaie de la combattre, plus elle lui apparaît puissante, c'est d'ailleurs ce qui l'effraie et ce qu'il essaie de dominer sans succès. Sa seule alternative pour échapper à cette peur viscérale est généralement de rationnaliser au maximum, conséquence de ses aptitudes pour les Erudits. Généralement, la réflexion l'apaise dans les moments de doute et de panique, et même si elle ne règle jamais le problème en profondeur car elle ne traite que les symptômes, ça lui laisse toujours un sursis où son esprit est à peu près tranquille. Il croit que c'est grâce à ses capacités de réflexion qu'il résiste à la plupart des sérums, car il ignore totalement la force de sa Divergence. Il ne comprend pas vraiment ce terme, et vu le danger qu'il transpire, il ne tient pas à en savoir plus... Il est extrêmement loyal envers les Audacieux, qui lui ont permis de vivre la vie qu'il a toujours souhaité avoir. Il a l'impression de s'être épanoui auprès d'eux, et cette libération qu'il a vécu comme un sauvetage de son être, il ne l'oubliera jamais. Quelque soient les événements à venir, il privilégiera toujours les gens de sa faction, quelque soit le degré d'humanité qu'il pourrait perdre : il ne lui en reste de toute façon plus beaucoup...

Anecdotes


Le jour de son évaluation finale d'initiation, lorsque Soan, 16 ans, entra dans son paysage des peurs, il ne distingua plus rien autour de lui : tout était noir, le plafond, le sol, un noir uniforme. Son coeur s'accéléra, il commença à courir pour trouver des repères, des murs, des objets : il n'y avait rien, le noir était vide. Il finit par s'accroupir en position fœtale, paniqué, et s'efforça de visualiser dans son esprit le soleil couchant qui disparaissait derrière les champs. Une lumière apparut au fond du paysage noir et sa fréquence cardiaque diminua. Il se trouvait au milieu des vignes de son enfance, au petit matin. Il entreprit de commencer la récolte à la main lorsqu'une nuée d'insectes volants se jeta sur lui. Il commença à agiter les mains pour les faire fuir, mais ils venaient toujours plus nombreux, s'insinuant sous ses habits, le piquant partout sur sa peau, entrant dans sa bouche... il commença à crier, tourbillonnant sur lui-même, le visage déformé par la crainte. Il se concentra et tenta d'imaginer que sa bouche était un pulvérisateur insecticide ultra-puissant. Finalement, il prit une grande bouffée d'air et souffla de toutes ses forces sur les insectes qui s'éloignèrent de lui jusqu'à disparaître. Lorsqu'il reprit son souffle, il se trouvait dans une boîte étroite en bois. L'air lui manquait, il suffoquait. D'un coup de poing puissant et bien placé, il parvint à ouvrir la boîte de l'intérieur, alors une masse de terre lui tomba dessus, l'aveuglant, obstruant ses voies respiratoires. Son coeur repartit plus rapide que jamais, la panique reprenait, il commençait à étouffer tant la terre s'insinuait profondément dans ses voies respiratoires. Il voulait crier mais aucun son ne pouvait sortir de sa bouche. Alors, il se concentra et commença à creuser vers le haut, cassant ses ongles dans la terre ferme. Enfin, la pression sous ses doigts diminua et un léger vent frais rafraîchit les jointures de ses doigts meurtris : il touchait la surface. Il se hissa difficilement sur la terre ferme, pris de violentes quintes de toux qui expulsaient toutes les particules de terre et de poussière de ses voies respiratoires. Une fois revenu à la surface, son visage était un mélange d'eau et de boue, mais il était vivant et libre, sous le ciel bleu, il prit une grande bouffée d'air frais. Il se retrouvait au beau milieu d'un désert, apparemment bien au-delà des champs des Fraternels. Il commença à étudier les lieux pour voir ce qui s'y trouvait, ce qu'il était censé faire ici, ce qu'il pouvait trouver... Il ne trouvait rien d'autre qu'un désert désseché. Son coeur s'accéléra, il commença à courir pour en sortir, mais par où aller ? Il ne savait pas comment en sortir... Il se mit à penser à des amis, de la famille, des connaissances... Il était seul. Il se mit à crier des noms familiers, ceux de ses amis novices. Il ne reçut aucune autre réponse que l'écho de sa voix qui raisonnaient sur des montagnes lointaines et invisibles. La peur tambourinait en lui comme une sentence funeste. Finalement, il posa une main sur son coeur et s'assit sur un rocher. Il souffla profondément et, la voix tremblante, il entama une prière. Il n'avait jamais été croyant, il avait même un certain mépris pour la religion, mais en cet instant, ça lui semblait être la seule alternative à sa solitude, et cela le calma, il parvint à retrouver une respiration plus légère, moins saccadée, et son poulx ralentit. Il se retrouva dans la maison de ses parents, dans la cuisine. Sa mère lui faisait face, souriante malgré son regard implorant, tandis qu'un homme sans visage appuyait le canon glacé d'un pistolet sur la tempe de sa mère. Soan bondit en avant, mais alors qu'il commençait tout juste à esquisser un mouvement, des cordes l'attachèrent au mur et l'empêchaient de bouger. Il entendait sa mère murmurer "ne t'inquiète pas, tout ira bien", tandis que l'homme sans visage faisait basculer la sécurité de son arme toujours pointée sur elle. Soan lui hurla d'arrêter, son visage déformé par la peur, terrassé par l'impuissance. Mais il savait qu'il devait être plus fort que la simulation, que tout cela n'était pas réel... Il visualisa dans son esprit un couteau, qui apparut dans sa main quelques secondes plus tard. Il trancha les cordes qui le retenaient impuissant et lorsqu'il bondit sur l'homme sans visage, ce dernier parla d'une voix sourde "c'est ton choix" et le coup partit. Soan ferma les yeux, refusant de voir les tripes de sa mère s'étaler sur le sol propre de la cuisine. Il sentit néanmoins l'odeur du sang et se mit à hurler comme dans un cri d'agonie. Comment ça c'était son choix ? Avait-il choisi, au fond de lui, de condamner sa mère ? Il n'avait jamais compris ce passage là de son paysage des peurs... Sa réflexion à peine achevée, il se retrouva dans sa chambre d'enfant, attaché sur son lit, celui qu'il avait si souvent mouillé quand il était gamin. Son père s'approchait de lui avec son sourire doucereux. Les yeux de l'homme papillonnaient dans tous les sens alors que Soan se débattait, incapable de se libérer des cordes qui le clouaient sur les draps. La peur le glaçait alors que son paternel s'approchait inexorablement de lui, il voulait hurler mais ne s'en sentait pas la force, comme si tout espoir l'avait quitté, comme s'il n'était plus qu'un rocher à l'intérieur. Il devait pourtant agir, mais il était hypnotisé par le regard de son père, de plus en plus proche de lui. Il ne sentait pas les larmes déferler sur ses joues tandis qu'il tentait, en vain, de se sortir de là. Finalement, il ferma les yeux et tenta de réfléchir malgré la crainte qui anesthésiait son cerveau. Et lorsque son paternel, arrivé à sa hauteur, posa ses mains sur sa ceinture, entreprenant de la dénouer, Soan lui asséna un puissant coup de genoux dans l'entre-jambe. Son père s'écroula à terre et Soan se réveilla allongé sur le dos, au beau milieu de la salle sombre des peurs. Ses joues étaient humides et ses traits déformés. Il n'avait jamais pleuré depuis sa petite enfance, il avait effacé ce mot de son vocabulaire. Mais ses anciens démons l'avaient rattrapé. Il était brisé, dégoûté de lui-même et de ses faiblesses. Pourtant, la peur du noir, la peur des insectes, la peur d'être enterré vivant, l'autophobie, la peur d'être à l'origine de la mort de sa mère, et le souvenir de son père, ça ne faisait que six : c'était un résultat honorable, largement digne d'un Audacieux.



Surnom : Elga, Noémie ou So', à votre guise Wink
Âge : 21 ans
Comment avez vous connu le forum ? : Sur Google après être tombée amoureuse de la saga !
Comment trouves tu le forum ? : Graphisme au top, ambiance qui a l'air sympa... Je suis fan !
Autres chose? : Oui j'ai quelques questions : l'histoire s'est manifestement arrêtée avant la fin du 1er film, et le forum existe depuis près d'un an. Est-ce que des events sont prévus pour faire évoluer le contexte ? Si oui, vont-ils suivre la suite des livres ?


MADE BY .ANGELUS




Dernière édition par Soan Knight le Lun 9 Fév - 7:29, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
I am
Messages : 812
Points : 858
Date d'inscription : 07/02/2015
Age IRL : 25


Carte d'identité
Mon âge: 22 ans
Ma faction d'origine: Fraternels
Mes relations:

Sam 7 Fév - 1:40





Once upon a time


- A brave man opens his heart -



Un petit garçon était couché dans son lit. Il était une heure et demi du matin, l’obscurité était quasi-totale. Seuls quelques rayons de lune transperçaient les rideaux fermés. Soan était recroquevillé sous sa couverture, pendant que ses draps se mouillaient petit à petit. Il tremblait, non de froid mais de peur, il savait que bientôt, un monstre pénétrerait dans sa chambre. Chaque nuit il l’attendait, parfois il venait, parfois non, mais à chaque fois il espérait que ce n’était pas pour ce soir, pas encore. La porte d’entrée de la maison s’ouvrit, puis se referma délicatement, il ne fallait pas que maman se réveille. Le garçon sursauta, et écouta attentivement les pas lourds et étouffés. Ils approchaient inexorablement de la chambre, et plus les bruits de pas se rapprochaient, plus le visage de Soan se crispait. Finalement, la porte de la chambre s’ouvrit, et l’enfant sût que c’était pour ce soir. Le visage de papa était rouge, le monstre était revenu l’habiter. Il souriait doucement comme tous les soirs, lui susurrant des mots doux censés le réconforter. Puis, toujours avec la même douceur mielleuse, le monstre commettait son crime. Lorsqu’il se releva et qu’il borda le garçon avant de s’en aller sans bruit, Soan commença à pleurer silencieusement. Quelques taches écarlates se mélangeaient aux draps blancs déjà mouillés. A deux heures et demi du matin, l’enfant s’endormit. Demain matin, ce sera papa qui s’occupera de la lessive des draps, et maman l’embrassera pour le remercier de l’aider dans ses tâches ménagères.

Extrait de l'autobiographie de Soan livrée à un psychologue fraternel :
Je viens de chez les fraternels. J'ai été élevé dans le rire, la gentillesse et la bonne humeur, dans des vêtements de couleur chaude. J'aimais nos couleurs, elles me rappelaient celles du soleil qui se couche derrière les vignes, de l'autre côté de la clôture, et du ciel qui s'embrase alors. Mes parents travaillaient dans les champs, ils aimaient le contact avec la nature, ils m'ont transmis ce goût de la liberté par les grands espaces. C'est d'ailleurs ce qui manque un peu dans notre ville, l'espace vert... Mes parents étaient appréciés de tous, nous étions une famille sans histoire. Mon père était connu pour son penchant pour la boisson, mais ça ne semblait déranger personne à part moi... A l'école, j'étais un des plus doués de ma classe, j'étais pourtant le moins attentif. Je passais mon temps à rêvasser et à m'ennuyer... Alors j'essayais de trouver des occupations. Je lançais des boulettes de papier sur mes camarades. Je faisais voler des avions en papier dans le dos du professeur... Je crois que le pain drogué qu'on nous servait à la cantine n'avait que peu d'effet sur moi. J'étais bien dans cette faction, j'étais heureux, mais je savais que je n'étais pas Fraternel au fond de mon cœur. Je savais qu'une haine rongeait mes entrailles et qu'elle grandissait chaque jour un peu plus. Et quand on a cette haine en soi, on ne peut pas faire partie d'Amity... Les gens de ma faction se demandaient parfois ce qui clochait chez moi, mais je ne leur parlais pas. Jamais. Par moment, j'avais un regard sombre, isolé, et chacun savait qu'il ne fallait pas venir me parler à ce moment là. J'étais la tache sombre au milieu de cet univers parfait. Un jour, à la cantine de l'école, un camarade de classe vint s'asseoir à côté de moi. J'avais ce regard noir des mauvais jours, et il pris ce risque, l'imbécile. Il me posa des questions, si j'avais bien dormi cette nuit, tout ça. Trop de questions. Je lui décochait un poing dans la mâchoire qui lui fit recracher sa bouchée de sauté de bœuf. Une bagarre à la cantine de l'école des fraternels, ils n'avaient encore jamais vu ça. Des adultes m'emmenèrent dans une cellule ultra lumineuse mais dont les murs et le plafond tombaient en lambeaux. Je savais que je n'aurais pas dû frapper ce gars, il voulait juste être gentil avec moi. Mais plus je grandissais, et plus cette gentillesse permanente me donnait la nausée. J'avais l'impression d'être au milieu d'une bande de naïfs, d'imbéciles et de drogués permanents. Ils considéraient que tout et tout le monde était gentil, toujours. Ça me tuait chaque jour un peu plus. Le mal, je le connaissais trop bien, il était bien présent, mais j'étais le seul à le voir. Ça me donnait envie de m'arracher les cheveux par moment. Alors, lorsque ce dégoût atteignait son paroxysme, lorsque je me mettais à haïr tout le monde à cause de leur pitoyable gentillesse inconditionnelle, je pétais les plombs. Comme ce midi-là, je laissais éclater cette haine hors de moi. Jamais sur la bonne personne, évidemment. Mais je n'avais pas le temps de me sentir coupable, car lorsque j'étais emmené dans cette salle là, baignée de soleil mais un peu délabrée, je recevais une piqûre qui me rendait stone instantanément. C'était le règlement de ma faction : lorsque la violence éclatait, les responsables devaient être calmés tout de suite pour préserver la paix dans la faction toute entière. Le meilleur moyen d'y parvenir, c'était d'injecter un calmant qui modifiait aussi la chimie du cerveau, et qui te faisait voir tout en rose pour quelques heures. Ce sérum avait été mis au point avec l'aide des Érudits, évidemment, pour que tout se passe bien dans chaque faction – pour que chaque individu de chaque faction reste sous contrôle...

A l'époque, je croyais que tout ça était normal, que la piqûre était le prix à payer pour l'harmonie. C'était ce que m'enseignait ma mère, et j'y croyais – elle était tout pour moi. Souvent, j'espérais qu'elle ouvre les yeux et se rendent compte de ce qui se passait chez nous. Mais elle ne voyait rien, aveuglée par le bonheur et l'amour... J'aurais voulu en parler, je sentais que cette douleur était trop lourde pour moi, mais j'en étais incapable. Je voulais préserver le peu d'intimité qu'il me restait, et au fond, malgré la haine qui grandissait en moi, j'avais aussi une sorte d'amour pour mon père, caractéristique des relations incestueuses père-fils, qui m'empêchait de le trahir... Depuis toujours, j'avais eu cette loyauté dérivée du Syndrome de Stockholm. Je ne l'identifiais pas comme tel, mais en grandissant, je sentais que quelque chose clochait en moi. Je l'avais toujours su. Les visites nocturnes de mon père s'espaçaient avec l'âge, mais ma souffrance ne diminuait pas pour autant. Je me sentais abandonné par ce père que j'avais appris à détester et à adorer en même temps, et cet abandon était comme un poignard dirigé directement vers mon coeur... Il m'avait volé une partie de moi-même, mon intégrité mentale et mon intimité physique, il n'avait pas le droit de partir avec et de me laisser seul, dépouillé de moi-même ! La haine que je portais en moi était ancrée depuis trop longtemps, et elle continuait à se développer inexorablement, comme si rien ne pouvait plus stopper le venin qui s'était insinué en moi si jeune. Mes dérapages se faisaient plus fréquents, mes explosions de haine plus violents. La petite salle lumineuse et délabrée, lorsque j'entrais dans l'adolescence, j'y allais toutes les semaines. Le sérum avait un effet de plus en plus dilué sur moi, ils étaient obligés d'augmenter les doses à chaque fois. Je connaissais le chemin par coeur, de cette salle que très peu de gens connaissaient dans ma faction. Seul l'amour de ma mère était capable de m'apaiser, et ce malgré les œillères qu'elle avait toujours... Je ne trouvais la paix que dans les vergers qui bordaient notre siège. Dans ces moments là, je crois que ma famille espérait que j'allais rester chez les Fraternels. Mais au fond, tout le monde savait que je n'avais pas ma place ici, que je ne l'avais jamais eue. Je n'avais jamais réussi à faire semblant, la haine était trop ancrée en moi, trop vive et trop sombre pour la cacher. Malgré l'espoir que nourrissait ma mère, tout le monde savait qu'à mes seize ans, je partirai. Mais la question était : où irais-je ? Je ne savais pas pour quoi j'étais fait. J'attendais avec impatience le test d'aptitudes, j'avais besoin qu'il me dise vers qui me tourner, quelles valeurs étaient les miennes... Mais il allait aussi me décevoir, cet imbécile.

Lorsque le grand jour arriva, j'étais étrangement joyeux. Je ne comprenais pas pourquoi tous les autres avaient l'air stressés voire paniqués. Le test n'était-il pas censé nous aider à choisir ? J'avais attendu ce moment la moitié de ma vie. La femme qui me fit passer le test était tatouée, elle s'appelait Tori et avait l'air plutôt aimable. Je n'avais jamais fait de simulation avant. Cette expérience était bizarre, dérangeante, déroutante et un peu effrayante. J'avais la désagréable sensation qu'on me manipulait le cerveau, et je n'aimais pas trop ça. Je n'avais jamais aimé ces sérums qui agissaient sur l'esprit. Il me fit plonger dans des situations diverses que je n'avais jamais vécu avant. A chaque fois, je devais faire un choix. Je réagissais naturellement, sans savoir si c'était la bonne réponse ou non. Je poignardai un chien féroce. Je me réveillai en sursaut sur le siège bordé d'électrodes à la place de la tête. J'étais essoufflé, mes mains tremblaient, mon coeur battait à la chamade. Pourquoi étais-je aussi stressé ? Le visage de Tori était crispé alors que je lui demandais mes résultats.

" - Ton test n'est pas concluant. Tu as autant d'aptitudes pour les Érudits que pour les Audacieux.
- Et c'est grave, ça ?
- C'est dangereux d'être divergent par les temps qui courent... N'en parle à personne.
"

Elle avait les yeux fuyants, comme si j'allais m'envoler si elle me regardait. Si c'était dangereux pour moi, pourquoi ça la mettait mal à l'aise, elle ? Elle ne me connaissait pas... Alors que je m’apprêtais à lui demander pourquoi c'était dangereux d'être divergent, elle me poussa vers la porte rapidement, une larme à l'oeil. Je n'eus pas le temps de me retourner... En soi, le test m'était quand même utile. Il avait permis d'éliminer deux factions sur les quatre. Car avant, j'étais plutôt attiré par les Sincères, qui eux savaient voir le mal et séparer le blanc du noir. Ils ne voyaient pas tout en blanc comme chez les Fraternels... Mais il fallait croire que je n'étais pas assez honnête pour aller chez eux. J'avais aussi beaucoup de respect pour les Altruistes qui donnaient leur vie aux autres, je trouvais ce sacrifice noble et courageux. Mais il fallait croire que j'étais trop impulsif et égoïste pour les rejoindre... Les Érudits étaient une surprise pour moi. Je m'étais toujours ennuyé à l'école car ce qu'on y apprenait me semblait futile. Je n'avais jamais compris que c'était parce-que ma curiosité dépassait ce qu'on apprenait à l'école. Je voulais comprendre le fonctionnement du monde, celui de l'homme et des étoiles, celui de la Terre et de la nature, les lois de la physique, le fonctionnement cérébral... J'avais toujours eu ces curiosités en moi, qui étaient restées inassouvies. Et si les Érudits pouvaient me permettre de nourrir cette soif ? Est-ce que je m'accomplirais chez eux, est-ce que j'y serais heureux ? Peut-être... Les Audacieux m'avaient toujours attiré pour leur liberté à régler leurs problèmes, leur courage de tenir tête et d'affirmer leurs valeurs. Mais ils ne me semblaient pas assez réfléchis, pourrais-je m'épanouir dans une faction qui privilégie la témérité à la réflexion ? Je l'ignorais... Cette nuit là, je ne dormis presque pas. Je passai les heures qui me séparaient du matin à peser le pour et le contre.

L'heure du choix avait sonné. Ma main ensanglantée se tenait en suspension devant les cinq vasques. J'avais beaucoup réfléchi et ça ne m'avait mené à rien. J'avais finalement décidé de suivre le choix du coeur. Je n'étais sûrement pas assez discipliné pour privilégier la rationalité dans tous les aspects de ma vie, ni pour passer ma vie le nez dans les bouquins. Mes coups de poings dans le visage de mes amis Fraternels le prouvaient. J'avais un côté impulsif et irrationnel que seuls les Audacieux pouvaient exploiter positivement. Mon sang crépita sur les braises, et des acclamations de jeunes en noir emplirent la salle.

Je commençai à courir derrière les autres, un vent de liberté faisant voler mes cheveux mi-longs de l'époque. J'avais une forme physique assez bonne pour un Fraternel grâce aux travaux des champs. Sauter d'un train était la chose la plus dingue que j'avais jamais faite de ma vie, et j'ai adoré ça. Mais ce n'était que le début ! Je fus le deuxième à sauter dans le trou béant de la tour, juste après une fille. C'était un saut vertigineux qui m'arracha un cri de joie et de liberté. Au fond, je me sentais libéré de ma famille, de leur gentillesse fausse et hypocrite, c'était ce qui me procurait le plus de bonheur...

Pendant la phase d'initiation, j'étais assez bon au combat. Pas très musclé mais solide et rapide. Mon classement était en troisième position de celui des transferts, mais je savais que les natifs me terrasseraient rapidement. Je n'avais pas trop de mal à frapper, je savais que c'était pour l'entraînement et je me montrais très amical en dehors, ce qui me permit de me faire des amis rapidement - quelques restes de mon éducation chez les Fraternels j'imagine... Le rythme de vie me plaisait, le lieu beaucoup moins. Je n'arrivais pas à m'habituer à la noirceur du lieu, à son austérité, moi qui avais toujours vécu dans des maisons en bois baignées de soleil... Cette ambiance favorisait mes humeurs sombres et mauvaises. Heureusement que la chaleur humaine entre transferts m'aidait à tenir moralement. La plupart de mes amis étaient sincères, il y avait aussi quelques Érudits et Altruistes, plus rares. Mais j'étais le seul Fraternel à avoir quitter ma faction... On m'avait bien posé quelques questions sur mon départ, que j'éludais à chaque fois. Je détestais parler de mon ancienne vie, je voulais juste oublier ma famille et d'où je venais, me fondre entièrement dans ce moule qui me plaisait pour le moment, qui m'aidait à me vider l'esprit et à me concentrer sur un but précis, à canaliser ma haine et mon énergie vers un but louable.

Lors de la deuxième phase de l'initiation, je me révélais être plutôt bon. Les simulations étaient difficiles mais avec l'entraînement j'arrivais à avoir le dessus sur elles de temps en temps. Mon instructeur me dévisageait parfois, mais se passait de tout commentaire. Je ne savais pas trop pourquoi j'étais meilleur que les autres, peut-être étais-je simplement plus réfléchi grâce à mes aptitudes d’Érudit, ce qui me permettait de garder la tête froide en rationalisant mes peurs ? Ces exercices restaient pourtant éprouvants. A l'issue de cette étape, je montai à la deuxième position du classement des transferts. Et puis vint le jour des visites. Le jour le plus stressant depuis que j'avais rejoint les Audacieux. Rien ne m'inquiétait plus que si mes parents venaient me voir... Comment réagirais-je ? J'étais incapable de me préparer à leur visite. Mes mains tremblaient lorsque je rejoignais la salle des visites, je déglutissait avec difficultés. Lorsque je vis mes deux parents arriver, ma pomme d'Adam resta coincée dans ma gorge. Je ne savais pas si ma mère allait venir, mais j'espérais que mon père ait la décence de ne pas venir... il était pourtant là, arborant son éternel sourire mielleux qui me hantait encore. Comment pouvait-il encore prétendre au reste du monde qu'il était un homme bon ? Tout le respect, la loyauté que j'avais eu pour lui quand j'étais gamin, je les avais perdu lorsqu'il avait cessé de me toucher, et remplacé par une haine pure sans équivalent. Pour salutation, je ne lui envoyai que le regard le plus noir que j'avais en moi, celui qui transpirait la haine, le dégoût et le désir de destruction. Mais je devais garder contenance, pour ne pas décevoir ma mère. Au fond, même si je la haïssait pour avoir été aussi aveugle et naïve, je ne pouvais m'empêcher de l'aimer pour avoir rendu mon enfance plus douce. Ses preuves d'amour avaient été ce qui m'avait permis de grandir en ayant des bases relationnelles correctes avec les autres. Je n'y serais jamais arrivé sans elle... Lorsqu'elle me serra contre elle comme lorsque j'étais enfant, une émotion vive menaça de m'étouffer. Je n'aurais jamais imaginé ça lors des visites - je n'aurais jamais pu me préparer à ça.

" - Je ne t'en veux pas tu sais... Au fond, je l'ai toujours su. "

Elle faisait donc semblant d'espérer que je reste chez les Fraternels. Elle savait où était ma place. Et elle m'aimait toujours. C'était le plus important pour moi... Je lui racontais des banalités sur ma vie ici et sur mon initiation, que je décrivais plus facile qu'elle ne l'était vraiment (même si j'étais en tête de classement, j'en avais bavé). J'évitais soigneusement d'aborder tout ce qui me manquait, le soleil, la chaleur humaine, l'apaisement de la nature. Je voulais qu'elle me sache heureux. Je voyais qu'une vague d'incompréhension passait dans ses yeux à cause de mon comportement avec mon père. Ca me sciait qu'elle n'ait jamais soupçonné la nature pédophile et incestueuse de mon père. Sa présence me laissait de glace et me figeait, j'étais incapable de faire un pas vers lui. J'étais incapable de lui pardonner pour ce qu'il avait fait de moi, un garçon rempli de haine et de méfiance, un garçon sans coeur qui frappe ses amis sans état d'âme juste pour libérer le démon qui est en lui... et qui l'habitera toujours. Je ne pleurais jamais, ça faisait partie de ma fierté d'homme Audacieux. Mais ce soir là, sur ma couchette, ma gorge et mes yeux me brûlaient furieusement et je ne dormis pas beaucoup.

La troisième étape de l'initiation me faisait plus peur que les autres, mais je n'avais aucun doute sur mes capacités : depuis le début, j'étais constant et j'arrivais à me débrouiller aussi bien physiquement que mentalement. Le dernier passage dans mon paysage des peurs devant le jury final me brisa totalement. J'en sortis tremblant et nauséeux, mais chez les Audacieux on n'a pas le droit d'être faible. Heureusement pour moi, j'avais appris à faire bonne figure dès mon plus jeune âge. Je n'avais qu'à sourire à mes amis, et garder ma mine sombre au fond de moi. Au classement final, je terminai en tête de liste. A l'annonce des résultats, je me figeai, la bouche entre-ouverte, incapable de soutenir ma mâchoire inférieure. Comment ? J'étais sûre que les natifs seraient loin devant moi, et je les surpassais tous. Je soupçonnais qu'aucun d'entre eux n'avait d'aptitude pour les Érudits... C'était sûrement ce qui m'avait porté aussi haut.

Vint alors le moment de choisir mon poste. Je n'y avais jamais vraiment réfléchi avant, trop concentré sur mon entraînement. Qu'est-ce que je voulais faire au sein de cette faction ? La réponse me vint naturellement - j'avais toujours l'attrait de cette clôture et des grands espaces qui se trouvaient derrière. On me nomma responsable de la clôture, et je fus chargé d'encadrer les troupes qui gardaient le portail et l'enceinte. Je pouvais aussi bien les diriger du siège des Audacieux ou me déplacer sur place à l'occasion. J'avais un poste influent, mais pas trop. Mes amis Sincères avaient réussi l'initiation également, et choisirent des jobs de tatoueurs, de soldats, d'instructeurs ou de responsables informatiques. Mon premier et seul tatouage, ce fut mon ami Altruiste qui me le posa : c'était un Arbre de Vie qui s'étendait dans mon dos entier, l'arbre des Fraternels stylisé. Des bourgeons s'étalaient sur chaque branche, remplacés par des symboles qui me tenaient à coeur : celui de chaque faction avait sa place, symbolisant l'harmonie et la diversité de notre société qui me tenait à coeur. C'était la diversité qui faisait l'équilibre... Seules quelques branches mortes dépassaient de mon t-shirt à la base de mon cou. A la base de l'Arbre, des flammes l'encerclaient, comme le symbole des Audacieux, mais aussi comme une menace qui planait sur la vie et le socle si précieux des Fraternels... Pour montrer aussi leur côté sombre et dangereux, caché dans les couleurs rougeoyantes du Soleil. Devant mon air sombre à la sortie du tatoueur, aucun de mes amis ne me posa de question. Ils avaient appris à me connaître, et j'appréciais ça chez eux : leur respect de mes humeurs. Les Audacieux n'étaient peut-être pas si irréfléchis que ça finalement : ils connaissaient mon côté impulsif que j'avais montré une fois ou deux lors de l'initiation, en cassant la gueule à quelques jaloux qui m'avaient cherché. Ils ne l'avaient pas refait deux fois.

J'étais heureux chez les Audacieux. J'avais finalement trouvé ma place, et j'étais enfin libre d'exprimer ma vraie personnalité. J'avais trouvé un équilibre relationnel, j'avais entièrement intégré le dicton "Faction before blood" et n'avais aucun mal à la mettre en pratique : il était tellement plus facile d'enfouir tous ces cauchemars au fond de moi pour ne vivre que le meilleur de ce qui se présentait à moi. Je gardais toujours avec les gens que j'appréciais mon côté amical et chaleureux appris chez les Fraternels, ce qui me permettait de passer de bons moments en communauté, dans la Fosse et sur les bords du Gouffre. Mon poste de responsable des clôtures m'avait aussi permis de détenir des informations sensibles sur ce qui se trouvait de l'autre côté, au-delà des champs des Fraternels... Aujourd'hui, je sens bien que quelque chose s'annonce, mais je ne tiens pas à me faire remarquer par ce que je sais. Je préfère analyser la situation de manière rationnelle pour réagir du mieux possible lorsque la poudre prendra feu... Dans tous les cas, je prendrai la décision qui me semblera la plus juste, peu importe les conséquences que cela pourrait avoir sur mon ancienne faction.



MADE BY .ANGELUS




Dernière édition par Soan Knight le Sam 7 Fév - 19:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

I am
Invité



Sam 7 Fév - 9:51
Bienvenue parmi nous Soan !

Je viens de mettre en place une nouvelle fiche de présentation mais si tu veux terminer ta présentation sur l'ancienne, pas de soucis. Wink

Si tu as besoin d'aide, n'hésite pas à demander ici ou par message privé à moi-même.

Bon courage pour la suite de ta fiche de présentation ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I am
Messages : 588
Points : 610
Date d'inscription : 29/10/2014
Age IRL : 20
Localisation : Chicago


Carte d'identité
Mon âge: 37 ans
Ma faction d'origine: Fraternels
Mes relations:

Sam 7 Fév - 10:45
Welcome home ! Youhou !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
I am
Messages : 731
Points : 741
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Dans une usine de kebabs.
Humeur : Humeur de kebab sans frites.


Carte d'identité
Mon âge: 26 ans
Ma faction d'origine: Altruistes
Mes relations:

Dim 8 Fév - 14:14
Hey bienvenue ! Very Happy


Avatar: Ethan ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

I am
Invité



Dim 8 Fév - 14:23
Soan >> Nous avions prévu de suivre plus ou moins l'histoire des livres en greffant les personnages de chacun à l'histoire. Mais je ne serai pas contre quelqu'un de motivé pour créer des "events"; bien au contraire.
Actuellement, nous sommes en train de refaire toutes les fiches des postes vacants; il va y en avoir de nouvelles également. Le prochain design est commandé sur PRD. Nous espérons l'avoir pour mi-mars mais celui-ci est déjà très beau ♥️ donc il devra être encore plus à la hauteur. ^^
Serais-tu doué pour créer des "events" ? Personnellement, je suis pour un forum participatif où chacun mets la main à la pâte alors je n'y verrai aucun inconvénients. Smile Sache que chacun peut se créer son personnage avec son entourage; il n'y a pas dictature ici; je trouve cela bien plus sympa de ne pas avoir trop de limites. Razz

J'espère que ma réponse te convient et que tu te plairas parmi nous. Smile

Bon courage pour la rédaction de ton caractère. Wink
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I am
Messages : 137
Points : 137
Date d'inscription : 28/04/2014


Carte d'identité
Mon âge: 20 ans
Ma faction d'origine: Altruiste
Mes relations:

Dim 8 Fév - 20:17
Bienvenue parmi nouuuus !!

Andrew Cooper est un excellent choix *-*

Bon courage Wink


I stay with her because I choose to, every day that I wake up, every day that we fight or lie to each other or disappoint each other. I choose her over and over again, and she chooses me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
I am
Messages : 812
Points : 858
Date d'inscription : 07/02/2015
Age IRL : 25


Carte d'identité
Mon âge: 22 ans
Ma faction d'origine: Fraternels
Mes relations:

Dim 8 Fév - 20:23
Merci pour votre accueil et pour ces précisions Very Happy

Le design est déjà magnifique c'est sûr, mais j'ai hâte de voir le suivant =)
Pour les events j'ai plutôt l'habitude de fonctionner "In game", comme ça l'event part d'un événement déclencheur décidé par un membre du staff et les joueurs qui y participent en RP choisissent eux-mêmes l'issue... Et je fais la rédaction synthèse de l'event lorsque le RP global est terminé. Pour l'événement déclencheur je serais ravie de fournir quelques idées Wink

Ah je n'en doute pas, j'aime déjà ce forum

Merci, je vais terminer ma fiche bientôt, juste le temps de finir la lecture du Tome III ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

I am
Invité



Dim 8 Fév - 22:16
Bien, bien ! Smile Ce sera donc avec joie que nous écouterons tes idées. ^^ J'ai hâte de voir tes rps. Razz

Pas de soucis pour la finition de ta fichette; je passerai tous les aprèm cette semaine donc "no stress". Wink

Heureuse d'entendre dire que nous sommes aimés, et sache que l'on t'aime également !! C'est vrai qu'Andrew est pas mal. ♥️
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I am
Messages : 812
Points : 858
Date d'inscription : 07/02/2015
Age IRL : 25


Carte d'identité
Mon âge: 22 ans
Ma faction d'origine: Fraternels
Mes relations:

Lun 9 Fév - 7:33
Han j'aurais pas dû finir le tome III il est tellement décevant Sad Mais ma présentation est terminée du coup =)

Oups mes RPs risquent de décevoir ^^'

Merci vous êtes trop chou ici


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
I am
Messages : 760
Points : 796
Date d'inscription : 29/11/2014


Lun 9 Fév - 12:43
Héhé un audacieux ancien Fraternel ... LIENNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNN Youhou ! danse youhou Bienvenue! Et au plaisir d'rp avec toi Wink


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
I am
Messages : 2082
Points : 2205
Date d'inscription : 11/07/2014
Age IRL : 22
Localisation : Pas simple de me croiser !
Humeur : Toujours bonne !


Carte d'identité
Mon âge: 23 ans
Ma faction d'origine: Audacieux
Mes relations:

Lun 9 Fév - 13:37
Bienvenue ! BG le vava Very Happy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scientia-magicam.forumsgratuits.com/

Invité

I am
Invité



Lun 9 Fév - 16:29
Ta fiche est terminée alors... Je vais lire tout cela ce soir et te valider. Razz
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I am
Messages : 186
Points : 215
Date d'inscription : 22/07/2014


Lun 9 Fév - 18:08
J'adooooore ton avatar!
Sinon bienvenu, j'espère que tu vas vite être validé. J'aime beaucoup ta fiche, et ta façon d'écrire me plait énormément!
Si tu cherches un lien avec une audacieuse, mon DC est là! Very Happy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

I am
Invité



Lun 9 Fév - 18:53




Félicitation, tu es validé!


- Bienvenue sur Faction Divergent -



J'ai corrigé les deux trois fautes d'orthographe qui trainaient. Sinon je me dis qu'il manque sans doute 1 an à ton personnage puisqu'on est en 2125 et qu'il est né en 2102. Razz Une faute d'étourderie ! ^^' Bienvenue chez les audacieux ! Smile

Félicitations, tu es désormais validée. Tu peux désormais accéder à toutes les parties du forum. Tu peux aller poster ta fiche de liens ici et faire ta fiche de rps ici. Si tu as une question, n'hésite pas à contacter un membre du staff. N'oublie pas de faire de la publicité pour le forum, mais aussi de voter sur les tops sites. Cela nous permettra de ramener du monde.


MADE BY .ANGELUS


Revenir en haut Aller en bas


I am
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 

Soan Knight - "Faction before Blood"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes
» Liste Blood Ravens (BA) Cypher Table #3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Edge of Future :: Welcoming :: Hi, who are you ? :: Présentations :: Présentations validées-