AccueilAccueil  FAQFAQ   Aides  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Moment de détente, après une journée de dure labeur [HOT + 16 ans]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar
I am
Messages : 514
Points : 535
Date d'inscription : 15/08/2015
Age IRL : 29
Localisation : avec ma famille


Carte d'identité
Mon âge: 41 ans
Ma faction d'origine: Erudits
Mes relations:

Dim 16 Aoû - 18:11






Moment de détente, après une journée de dure labeur

Feat. Cordélia Thompson







James entra dans sa demeure d'un pas tranquille, il était relativement épuisé mais cela ne se lisait pas encore sur son visage; il fallait attendre un peu qu'il se soit posé pour que les traits apparaissent. Le fraternel ôta ses bottes l'une après l'autre à l'aide de ses pointes de pieds, tandis qu'il déposait son chapeau sur le porte manteau en bois; qu'il avait conçu lui-même; et ôtait sa veste avant de s'en aller en direction de sa baignoire sifflotant. Sa maison était certes exigüe et dépourvue de la majorité du confort qu'il avait chez les érudits mais il se sentait bien plus à sa place et plus en harmonie avec lui-même avec ce qu'il possédait. Chez les érudits, il se sentait toujours dépendant de telle ou telle chose, obligé de se comporter d'une certaine façon, de faire les choses dans cet ordre là... mais surtout il ne voyait pas l'utilité d'avoir tant de choses pour ce qu'ils en faisaient réellement. Et ce qu'il détestait par dessus tout c'était que chacun ne se préoccupait pas de son voisin, s'était tout bonnement la course à qui sera le premier en tout; tirer les autres vers le bas n'était pas du tout dans son optique.
Sa baignoire avait été rempli par l'une de ses voisines très probablement; ici chacun prenait soin l'un de l'autre; il effleura délicatement le dessus de l'eau, un léger sourire se dessina alors sur ses lèvres puis il ôta ses vêtements et se coula paisiblement dans sa baignoire. L'eau déborda quelque peu, elle était brulante, assainissante et propice à la détente, comme il l'aimait en somme. James clôt les paupières, ses épaules reposant sur l'incurvation de la baignoire, ses bras déposés de chaque côté le maintenant en position assise alors qu'il profitait pleinement des premiers moments de délectation de sa soirée. Après quelques instants, il entrouvrit ses prunelles inclinant légèrement son visage vers la gauche, elles se mirent à briller en apercevant la petite bouteille d'absinthe déposée en évidence sur son tabouret juxtaposé à côté de la baignoire; elle était accompagné d'une fiole de Laudanum et d'un verre à pied sur lequel était déposé une cuillère à absinthe agrémenté d'un sucre. Il prit l'absinthe, l'observa sous toutes les coutures avant d'en retirer le bouchon, il huma son odeur et en versa délicatement dans un bon tiers du verre faisant bien attention qu'elle n'entre pas en contact avec le sucre, puis il ouvrit la fiole de Laudanum, en mit quelques gouttes sur le sucre et frotta une allumette d'un trait. Des bruits de pas sourds lui parvinrent de son entrée, un large sourire se dessina sur ses fines lèvres, il rétorqua d'une voix doucereuse alors qu'il mettait le feu à son absinthe :

- Ma chère Délia, je te manque à ce point ! Il observait les yeux pétillants le sucre caramélisé doucement sous la flamme. Notre dernier entrevu ne me semble pas si éloigné pourtant... Peut-être ma mémoire commence t'elle à flancher, tu me diras ?

Il savait pertinemment qu'elle prenait des risques en venant le voir ici, il avait bien remarqué le petit manège des érudits et des audacieux qui s'étaient alliés pour surveiller les faits et gestes de chacun. Et il faut dire que cela lui plaisait fortement de leur donner du fil à retorde, il aimait sa liberté et n'était pas prêt à se la voir enlevé par qui que ce soit. Ne pas pouvoir circuler où bon lui semble était pour lui un manque de liberté; que Délia brave cette loi le surprit, habituellement c'était plus lui qui faisait ce genre de chose. Elle devait sans nul doute avoir des informations importantes à lui divulguer ou bien elle avait besoin de lui pour quelque chose qui ne pouvait pas attendre.
Une fois le sucre totalement fondu, il fit glisser la cuillère dans le verre, remua doucement le tout, porta le verre à ses lèvres puis voyant la leader sincère dans l'embouchure rabaissa son verra et reprit :

- Ne fais donc pas ta timide ! Nous savons tout deux comme la nature nous a conçu. Il marqua une pause buvant une infime gorgée de sa mixture, il resta les yeux clos un bref moment se laissant envahir par ses bienfaits avant de reporter son attention sur la sincère, il reprit un sourire taquin au coin des lèvres tout en lui tendant son verre encore au trois quart plein.Tu n'es plus à un risque prêt ! Si tu veux te joindre à moi auparavant, je crois que cela serait plus judicieux. Après tout cette baignoire est suffisamment grande pour nous deux.

Allait-elle accepter, il en doutait fortement mais il aimait tenter le diable; en chacun d'entre nous il y en a toujours un bien dissimulé. Et puis, cela ne ferait pas de mal à Cordélia, à condition bien entendu qu'elle respecte les règles dictaient par le fraternel... parce qu'après tout lui seul savait; du moins dans cette pièce; ce que provoquait cette boisson sur le corps humain. Si elle refusait, et bien tant pis pour elle, après tout il n'allait pas être malheureux pour si peu. Elle n'aurait alors plus qu'à prendre place à ses côtés différemment ou à s'en retourner d'où elle venait.

   




©Codage by Mr. Chaotik


Dernière édition par James Fertson le Lun 9 Mai - 14:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudlardthewar.com/


avatar
I am
Messages : 588
Points : 610
Date d'inscription : 29/10/2014
Age IRL : 20
Localisation : Chicago


Carte d'identité
Mon âge: 37 ans
Ma faction d'origine: Fraternels
Mes relations:

Dim 23 Aoû - 17:22
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Moment de détente après une journée de dur labeur

Cordélia Thompson & James Fertson

Je marche sur le chemin menant aux habitations fraternelles. Un sentiment de certaine nostalgie pointe le bout de son nez tandis que je m'approche de plus en plus de chez James. Par le passé j'ai souvent emprunté ce couloir pour me rendre chez moi. A présent c'est pour une toute autre raison. J'arrive devant la maison, ou baraquement comme diraient les autres factions, du porte-parole fraternel. Je prends une inspiration et, comme il n'y a pas de porte aux habitions fraternelles, j'entends la voix de James.

- Ma chère Délia, je te manque à ce point !  Notre dernière entrevue ne me semble pas si éloignée pourtant... Peut-être ma mémoire commence t'elle à flancher, tu me diras ?

déclara-t-il d'une voix qui me laissa un petit frisson d'envie. Une fois devant l'embrasure de ce qui serait une porte s'il y en avait une je remarque que James est en train de prendre un bain. Pendant une fraction de secondes je regarde son visage puis son torse avant de baisser les yeux, un peu gênée.

- Ne fais donc pas ta timide ! Nous savons tout deux comme la nature nous a conçu. u n'es plus à un risque prêt ! Si tu veux te joindre à moi auparavant, je crois que cela serait plus judicieux. Après tout cette baignoire est suffisamment grande pour nous deux,

ajoute-t-il avec sur la fin un sourire qui ne me laisse pas de marbre, intérieurement en tout cas.
Il me tends son verre d'alcool, encore bien remplit après qu'il en ait bu quelques gorgées. Je me mordille la légère inférieure. C'est que je ne suis plus à ça prêt. Pour venir ici j'ai menti aux gardes audacieux, techniquement je ne vais voir que James, et je me risque à avoir Jeanine sur le dos. Je m'approche de lui, saisis délicatement le verre et bois deux gorgées. Je lui rends ensuite verre en ayant un petit rictus, les alcools aussi forts que l'absinthe et moi ça fait deux.

- C'est d'accord James,

finis-je enfin par lâcher après un petit haussement d'épaules : c'est pas le moment de faire ma mijaurée sachant que j'ai jamais été très pudique bien que ce soit face à James me rends toute chose. Je retire ma veste noire tout en ôtant mes escarpins. Je pose ma veste sur un tabouret libre, puis je déboutonne mon pantalon noir et ma chemise blanche. Une fois ceci fait, je les posent sur le même tabouret et j'enlève mes sous-vêtements pour ensuite me glisser dans la baignoire de James tout en évitant au mieux de faire déborder l'eau et de trop le toucher.

- Je sais que peu de temps s'est écoulé depuis notre dernière entrevue mais j'ai besoin de te parler,

doit-je après avoir pris une inspiration et en essayant de garder le contact visuel avec mon charmant interlocuteur. Il faut qu'il soit au courant de ce compte faire Jeanine, que je connaisse son point vue sur le sujet et que je sache s'il serait de mon "côté" face à elle.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
I am
Messages : 514
Points : 535
Date d'inscription : 15/08/2015
Age IRL : 29
Localisation : avec ma famille


Carte d'identité
Mon âge: 41 ans
Ma faction d'origine: Erudits
Mes relations:

Lun 24 Aoû - 12:00






Moment de détente, après une journée de dure labeur

Feat. Cordélia Thompson







Etrangement lorsque James retourne dans l'enceinte, il n'éprouve aucun sentiment de nostalgie, que ce soit du côté des érudits où il a passé son enfance, ou bien encore chez les sincères où il a été jugé et reconnu innocent de la disparition de sa femme. On ne peut pas dire que le fraternel a peur d'y aller ou qu'il évite de s'y rendre, cela serait totalement faux, mais il laisse le passé derrière lui et va de l'avant surtout lorsqu'il se trouve entre ses murs. Il s'y rend toujours pour de bonnes raisons : les réunions gouvernementales, des revendications à faire remonter ou rendre visite à ses anciens protégés pour prendre de leur nouvelles. Bien évidemment, la dernière raison est strictement interdite, mais il n'est pas question pour James de se voir privé de ses libertés alors il en prends le droit sans le dissimuler plus que cela à la vue des autres et arrive toujours à trouver des justifications à sa présence dans tel ou tel quartier.

Bien à son aise dans sa grande baignoire à pieds, le porte parole écoute les pas légers de la leader sincère se diriger vers lui d'un pas timide, il sent son regard se porter sur lui et n'en ressent aucun gêne, bien au contraire cela le fait sourire.

- Ne fais donc pas ta timide ! Nous savons tout deux comment la nature nous a conçu. Tu n'es plus à un risque prêt ! Si tu veux te joindre à moi, auparavant je crois que cela serait plus judicieux. Après tout cette baignoire est suffisamment grande pour nous deux.

Cordélia se mordilla légèrement la lèvre inférieure semblant prête à craquer, il lui jeta un regard taquin s'alliant à son sourire, elle se rapprocha alors, lui prit délicatement le verre des mains et en but deux gorgées. James l'observa boire paisiblement sans la lâcher du regard puis récupéra sa mixture rendant souriant de plus bel au rictus de Délia; il n'avait pas oublié qu'elle supportait mal les alcools forts mais savait pertinemment qu'il allait entrer dans un délirium dans très peu de temps à cause du Laudanum donc autant être tout les deux dans le même état. Ce serait plus agréable pour l'un, comme pour l'autre.

- C'est d'accord, James !

Elle fit un haussement d'épaules avant de retirer sa veste, tout en ôtant ses escarpins; James leva légèrement son verre vers elle souriant de plus bel, il en bût une nouvelle gorgée puis garda la coupe à hauteur de son nez laissant l'odeur anisée envahir ses narines alors que ses prunelles fixaient inlassablement le cheminement de Cordélia. Elle déposa sa veste noire sur un tabouret non loin de lui, elle déboutonna son pantalon, puis sa chemise... Le fraternel laissa ses prunelles baladeuses descendre le long des courbes de la belle sincère... Oui, belle, c'est bien ce qu'elle est à ses yeux ! Il suit la descente de ses longs cheveux ébènes soyeux qui retombent délicatement jusqu'à la courbure de ses hanches; ses courbes sont tout bonnement parfaites, sa peau d'opale paraît si douce et lisse qu'il se prend à vouloir la caresser... puis elle ôta doucement ses sous-vêtements sous le regard brulant d'envie de James qui ne masquait pas son plaisir de la voir ainsi.

- Les années ne t'ont pas touchées ma Délia.

La belle sincère entre dans la baignoire se mettant en opposition, face à lui, évitant de faire déborder l'eau et de le toucher en s'installant; il ne peut s'empêcher de frissonner discrètement, il repose le verre sur le tabouret entre eux deux. Il s'allume un cigarillo dégoter dans la poche de son pantalon, essayant de chasser ses idées vagabondes, la leader étant à priori venu pour parlementer de choses sérieuses. James connaissait suffisamment bien Délia pour savoir que si elle avait voulu plus, elle l'aurait fais savoir dés son arrivée et aurait très certainement bu plus d'absinthe à sa proposition.

- Je sais que peu de temps s'est écoulé depuis notre dernière entrevue mais j'ai besoin de te parler.

Toutefois elle paraissait plus perturbée qu'à l'accoutumée, elle avait pourtant déjà vu James dans son plus simple apparat à de multiples reprises; peut-être se sentait-elle en posture d'infériorité en étant ici en tant que sincère et surtout avec un James n'ayant consommé qu'une infime quantité de drogue donc en pleine possession de ses moyens. Il tira une latte de son cigarillo sans la lâcher du regard, avant de clore ses paupières lâchant un petite rire alors qu'il sentit que ses prunelles ne peuvent s'empêcher de miroiter la poitrine de son interlocutrice, il expulsa la fumée au plafond la tête légèrement inclinée pour reprendre ses esprits puis revint à la belle brune.

- Tu dois avoir quelque chose de très important à me dévoiler pour avoir pris autan de risques ! James plongea son regard envoutant dans le sien. Je sais que tu n'aimes pas t'éloigner de tes quartiers, surtout pas pour revenir chez nous... Il éjecta une deuxième et longue bouffée de fumée avant de se rapprocher doucement d'elle, suffisamment pour que sa main gauche caresse délicatement la joue de Délia tandis que son pouce effleurait ses lèvres.Dis-moi ma belle ce qui te fait peur à ce point là...

Dés son arrivée, James avait bien sentit que quelque chose préoccupait son amie. Ce devait-être quelque chose de très grave, de très dangereux pour la pousser à remettre les pieds chez les fraternels qu'elle avait décidé de quitter il y a de nombreuses années pour rejoindre la balance judiciaire. Il ne lui semblait pas avoir déjà vu Délia revenir ici, autre que pour des affaires vraiment graves, vitales ou sentimentales... comme le décès de ses parents. Elle avait dû prendre de gros risques en venant ici, surtout en ce moment où les audacieux semblaient de plus en plus vigilants et aux aguets; comme si quelque chose se préparait dans l'enceinte de Chicago. Le porte parole fraternel sentait bien les tensions de plus en plus fortes entre les érudits et les altruistes mais ne savait pas trop où cela allait mener... De plus les fraternels étant situé hors de la ville, il n'avait pas accès à toutes les informations contrairement aux autres leaders.

   




©Codage by Mr. Chaotik
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudlardthewar.com/


avatar
I am
Messages : 588
Points : 610
Date d'inscription : 29/10/2014
Age IRL : 20
Localisation : Chicago


Carte d'identité
Mon âge: 37 ans
Ma faction d'origine: Fraternels
Mes relations:

Lun 24 Aoû - 17:24
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Moment de détente après une journée de dur labeur

Cordélia Thompson & James Fertson

L'orsque je me déshabille il me semble sentir le regard de James se porter sur moi et il m'a fait un grand sourire après que j'ai exprimé mon accord pour me baigner avec lui.

- Les années ne t'ont pas touchées ma Délia.


Le fait qu'il déclare cela prouve qu'il me regarde bien sous toutes les coutures. Alors c'est pour cette raison que je suis rentrée plutôt rapidement dans la baignoire, parce que je doute fortement avoir pu résister au fait de lui en faire profiter plus ou au contraire cacher pour lui donner envie. Pourquoi faire ça alors qu'il est loin de me laisser indifférente ? Tout simplement parce que je préférerai qu'il m'expose clairement ses sentiments à mon sujet, non pas me détailler du regard et se rincer l'œil.
Une fois bien installée, je pose mes bras sur le rebord de la baignoire puis ma tête et je ferme quelques secondes les yeux pour essayer de reprendre mes esprits. Je suis venue ici avant tout pour lui parler de Jeanine, il n'a pas forcément la tête flirter. Mes yeux se rouvrent puis se posent le beau brun. Je le regarde allumer un cigarillo, tirer quelques secondes tout en me regardant, je le surprend même à baisser les yeux sur la poitrine. Puis, James ferme les yeux en lâchant un rire que sa voix rend charmant. Il incline la tête en arrière puis expulse la fumée et me regarde à nouveau.

- Tu dois avoir quelque chose de très important à me dévoiler pour avoir pris autan de risques ! Je sais que tu n'aimes pas t'éloigner de tes quartiers, surtout pas pour revenir chez nous... Dis-moi ma belle ce qui te fait peur à ce point là...

dit-il.
L'homme que j'aime énormément plonge son regard dans le mien puis se rapproche pour poser sa main sur ma joue pour la caresser et son pouce effleure mes lèves. Je prends une inspiration tout en posant ma main sur la sienne puis sans aucune raison hormis peut-être le fait de me donner un peu de courage je mets fin à ce contact que mine de rien j'apprécie énormément.

- Je vais en reprendre un peu avant,

dit-je en me penchant vers le tabouret où se trouve le verre d'alcool. Je le prends, bois la moitié du contenu restant et repose le verre avec une petite toux dû au fait que l'alcool aussi fort c'est pas mon truc. Je me replace face à lui, prends sa main dans la mienne et dit :

- J'ai eu une entrevue avec Jeanine il n'y pas longtemps et ce à son initiative.



Je me mets à regarder la moindre expression qui puisse passer sur son visage et dans ses yeux puis je poursuis.

- Selon elle, les Altruistes veulent destituer les dirigeants des factions pour mettre un terme au système, qu'ils veulent la guerre. Elle m'a demandé de "l'aide", j'ai été dans l'obligation d'accepter parce que je craignais que ma vie soit écourtée,

annonçais-je avec une pointe d'anxiété dans la voix. Je serre légèrement les mâchoires puis essaye de reprendre avec une voix plus claire.

- Je voulais donc t'en informer et connaître ton point de vue !



Je ferme les yeux à nouveau, sentant l'alcool commencer a me monter a la tête. Avais-je fait une erreur en acceptant de boire un peu avec lui ? Peut-être. Mais il n'empêche si j'avais décliné nous serions peut-être pas dans l'espace personnel de chacun. Je rouvre doucement les yeux, guettant sa réaction avec une certaine appréhension et fébrilité.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Spoiler:
 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Cordelia Thompson le Mar 25 Aoû - 9:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
I am
Messages : 514
Points : 535
Date d'inscription : 15/08/2015
Age IRL : 29
Localisation : avec ma famille


Carte d'identité
Mon âge: 41 ans
Ma faction d'origine: Erudits
Mes relations:

Lun 24 Aoû - 18:23






Moment de détente, après une journée de dure labeur

Feat. Cordélia Thompson







Peut-être que la plupart des hommes auraient détourné les yeux en la voyant se dévêtir, de peur de passer pour des goujats ou des obsédés mais pas James. Il n'avait aucune pudeur; si ce n'est celle de ses sentiments; et n'était pas gêné le moins de monde par la vue de corps nus. Les vêtements ne servent qu'à nous différencier d'après lui. La nudité de Cordélia ne laisse pas non plus James indifférent... quand à savoir s'il éprouve plus pour elle qu'une simple attirance physique; cela est une toute autre histoire qu'il ne dévoilera sans doute pas de suite. Faudrait-il déjà qu'il en connaisse la réponse lui-même !

La tête à flirter ? James a toujours la tête à flirter, c'est d'ailleurs l'un des jeux qu'il affectionne le plus, avec tout ce qui l'entoure : la séduction, la sensualité, et surtout le partage de soit avec les autres. Il aime aussi cela tout bonnement parce que c'est quelque chose qui fait ressortir les petits hormones du plaisir et du bien être qui nous rendent heureux.

Son cigarillo dégageant une douce odeur de tabac froid, mélangé au caramel qu'il contenait, se consumait très lentement dans sa droite penché au dessus de la baignoire à bonne distance de Délia afin de ne pas l'incommoder. Tandis que sa main gauche caressait délicatement la joue droite de la sincère, son pouce glissant doucement sur ses lèvres rosées alors qu'il terminait de répliquer.

- Dis-moi ma belle ce qui te fait peur à ce point là...

Ces gestes semblèrent troubler Cordélia qui prit une inspiration avant de poser sa main sur la sienne avant de retirer la main de James visiblement avec un petit pincement au cœur qu'il ne manque pas de remarquer. Ce qui ne l'empêche pas de respecter le choix de la jeune femme et de se retirer reprenant sa place face à elle, tirant une nouvelle fois sur son cigarillo alors qu'elle boit la moitié du contenu restant de sa mixture.

- Je vais en reprendre un peu avant.

James évacua d'un trait la bouffée de sa dernière latte avant de lui prendre le verre des mains rétorquant :

- Oh ! Doucement Délia ! Je n'ai pas non plus envie de te voir partir pour l'autre monde ! Il émit un léger voyant qu'elle semblait tout de même bien tenir le choque puis reprit d'une voix plus amusée. Laisse-moi en un peu ! Gourmande !

Le fraternel termina le breuvage avant qu'elle ne commence ses révélations; il aura certainement un choc à ses divulgations cela apaisera un peu ses nerfs auparavant. Cordélia prend sa main dans la sienne, un nouveau frisson lui parcourut l'échine jusqu'à ce qu'elle rétorque :

- J'ai eu une entrevue avec Jeanine il n'y pas longtemps et ce à son initiative.

Jeanine ! Cet être exécrable, prétentieux, pédant, quasiment inhumain... voilà ce que le porte parole pense de cette femme odieuse, manipulatrice, et dangereuse pour la société par dessus le marché. Parmi ces génies égoïstes et imbus de leurs personnes que forment les érudits; Jeanine Matthews est de loin la pire d'entre tous. S'il y avait bien un être sur cette planète que James ne pouvait supporter c'était bien elle. A cet instant, Délia remarqua certainement sur son visage, son sourire qui s'effaça tandis que ses traits se renforçaient et que ses yeux devinrent profondément noirs, remplit de haine et d'amertume. Sa main enserra sans rendre compte celle de Délia, lui provoquant certainement quelques douleurs jusqu'à ce qu'il se reprenne posant ses prunelles sur leurs mains enlacées puis les redressa plus apaisées dans celles de la sincère qui reprit sur un ton anxieux :

- Selon elle, les Altruistes veulent destituer les dirigeants des factions pour mettre un terme au système, elle prétend qu'ils veulent la guerre. Elle m'a demandé de "l'aide", j'ai été dans l'obligation d'accepter parce que je craignais que ma vie soit écourtée.

La leader sincère avait légèrement serré la mâchoire, ses paroles semblaient lui faire mal, et pour cause elle venait d'accepter une alliance avec la femme la plus dangereuse de la société. Cordélia reprit la parole d'une voix plus posée :

- Je voulais donc t'en informer et connaître ton point de vue !

Elle ferma les yeux, ses paupières semblaient lui peser lourd, très certainement la mixture ingurgitée qui commençait à lui monter plus fortement à la tête; la nervosité et l'anxiété avaient le don pour rendre plus mauvais ce genre de consommation. Le porte parole fraternel resta un long moment sans dire mots, fumant à plai tort le reste de son cigarillo, ses prunelles assombries portées dans le vide. Alors que les prunelles de Délia revinrent se poser sur lui, James écrasa son mégot dans son cendrier d'infortune posé aux côtés du verre vide qu'il zieuta un bref instant avant de reporter son regard dans celui de la leader répliquant d'une voix calme mais ferme :

- En somme, tu as passé un pacte avec le diable ! Il marqua une nouvelle pause essayant de se calmer mais cela ne fit que le rendre plus anxieux. Mon Dieu, Délia ! Est-ce que tu te rends compte de ce que tu as fais ?! Passer un accord avec cette... cet être infâme mais tu as perdu la raison !

James soupira évacuant sa nervosité puis il enlaça doucement sa compagne leader dans ses bras l'amenant à s'asseoir en biais contre lui, il passa une main dans ses cheveux tandis que son autre bras la soutenait par la taille contre lui et lui embrassa doucement le front avant de poser sa tête contre la sienne lui murmurant :

- Qu'elle ose seulement poser ses yeux de vipères sur toi, et je les lui arracherai avec les dents s'il le faut ! Il clôt ses paupières brièvement laissant l'absinthe prendre doucement possession de lui, seule elle pouvait le calmer à présent, puis il reprit d'une voix plus posée. Que pense Jack de tout cela ? Tu lui en as parlé ?

Ces dernières questions n'étaient que subsidiaires, il se doutait que si Cordélia avait pris tous ces risques pour venir le voir lui; c'était soit que Jack admettait les idées de Jeanine et les trouvaient nécessaire à la société, soit qu'il n'avait aucune envie de se mêler de ses affaires... qui le concernait pourtant lui tout autant. La première idée de James lui sembla être la plus plausible, et cela lui fit un peu peur pour dire vrai.




©Codage by Mr. Chaotik


Dernière édition par James Fertson le Mer 26 Aoû - 9:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudlardthewar.com/


avatar
I am
Messages : 588
Points : 610
Date d'inscription : 29/10/2014
Age IRL : 20
Localisation : Chicago


Carte d'identité
Mon âge: 37 ans
Ma faction d'origine: Fraternels
Mes relations:

Mer 26 Aoû - 9:08
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Moment de détente après une journée de dur labeur

Cordélia Thompson & James Fertson

Je ne me doutais pas qu'en prenant sa main dans la mienne James prendrait ça pour un refus de continuer les choses. Mon cœur se serre un peu lorsqu'il s'éloigne pour reprendre sa place. Lorsque je bois la moitié de l'alcool restant dans le verre James intervient.

-  Oh ! Doucement Délia ! Je n'ai pas non plus envie de te voir partir pour l'autre monde ! Laisse-moi en un peu ! Gourmande !

dit-il avant de finir avec amusement. Je ne peux m'empêcher de lui adresser un sourire et il finit le verre.

- J'ai eu une entrevue avec Jeanine il n'y pas longtemps et ce à son initiative.


A peine ai-je prononcé cette phrase que le sourire de James s'efface et que j'aperçois une lueur dans ses yeux. Lui aussi déteste Jeanine. Je le sens serrer ma main, je ne dis rien parce que je préfère profiter de ce contact. Au bout de quelques secondes, il desserre sa prise avant de regarder nos mains et il me regarde à nouveau dans les yeux. Lorsque je lui dit que je voulais le prévenir et connaître son point de vue il reste un moment silencieux en regardant dans le vide tout en continuant de fumer. J'ai donc profité de ce moment pour fermer les yeux a cause de l'alcool lorsque je les rouvrent il écrase son mégot dans un cendrier improvisé qu'il regarda un petit moment avant de me regarder une fois de plus.

-  Mon Dieu, Délia ! Est-ce que tu te rends compte de ce que tu as fais ?! Passer un accord avec cette... cet être infâme mais tu as perdu la raison !

dit-il.
J'ouvrais légèrement la bouche d'indignation.

- Tu sais parfait que jamais j'aiderai cette femme, et encore moins s'il faut tuer des personnes qu'elles soient innocentes ou coupables !

dit-je en essayant de conserver le contrôle de mes émotions.
Sentant les larmes me monter aux yeux, je détourne mon regard pour le poser sur le verre vide et je pose ma tête sur mon bras. J'entends James soupirer puis juste après il m'enlace et m'amène à m'assoir, de biais, contre lui. Je lâché un soupir lorsque je le sens passer sa main dans mes cheveux et garder l'autre sur ma taille pour me garder contre lui. Il m'embrasse sur le front puis pose sa tête contre la mienne.

-  Qu'elle ose seulement poser ses yeux de vipères sur toi, et je les lui arracherai avec les dents s'il le faut ! Que pense Jack de tout cela ? Tu lui en as parlé ?

commença-t-il en murmurant avant de faire une brève pause pour reprendre d'une voix plus posée.
Avant de lui répondre je décide de passer un bras dans le bas de son dos pour poser sur sa hanche puis de ma main libre je caresse du bout des doigts son bras droit. Ma main tremble légèrement non pas à cause de la peur mais à cause du fait que je n'ai que deux envies : me laisser aller contre James et l'embrasser.

- Non,

avouais-je dans un murmure.

Jack est le genre de personne a soit fermer les yeux pour éviter de s'attirer des ennuis. Soit d'aller du côté le plus avantageux pour lui et ensuite pour sa faction !


Je fais une brève pause pour le laisser enregistrer ce que je viens de dire.

- Je dois sûrement être un mauvais leader. Je pense plus à ne pas participer à sûrement des meurtres d'innocents, qu'à protéger ma faction !


Malgré le fait que je sois stressée à cause de cette histoire, être dans les bras de l'homme que j'aime me détend. Je profite de ce contact et qu'il a sa tête posée sur la mienne pour sourire légèrement.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
I am
Messages : 514
Points : 535
Date d'inscription : 15/08/2015
Age IRL : 29
Localisation : avec ma famille


Carte d'identité
Mon âge: 41 ans
Ma faction d'origine: Erudits
Mes relations:

Mer 26 Aoû - 9:43






Moment de détente, après une journée de dure labeur

Feat. Cordélia Thompson







Si James s'était retiré c'était bien parce qu'auparavant Délia avait retiré sa main de sa joue, le laissant penser que ce geste la gêner, et non pas pour la chasser. Il n'était pas du genre à passer des heures à réfléchir à ses gestes, ils étaient des plus spontanées; quoi de plus normal pour un fraternel.
Détester. Ce terme aurait bien qualifié ce qu'un être humain pouvait ressentir envers un autre être mais là il s'agissait pour le porte parole de tout autre chose. Malgré ses idéaux fraternels de vivre en harmonie avec les autres, de ne créer qu'une seule et même communauté vivant de son travail et de sa gaieté; James estimait que Matthews ne pouvait pas en faire partie. Pour lui, elle représentait la destruction, l'annihilation de toute vie; elle était son antéchrist, son opposition en tous points. Par dessus tout, elle ne méritait pas d'être considérée comme un être vivant; cette femme n'avait tout bonnement pas de cœur, pas de sensibilité et était probablement dépourvue d'âme. En somme, Jeanine Matthews ne représentait rien d'autre à ses yeux qu'une erreur dans la matrice, une chose qui va été déposée parmi eux par un créateur abjecte pour les empêcher de vivre ensemble, elle était en quelque sorte la gangrène de cette société qu'il fallait combattre.

- Mon Dieu, Délia ! Est-ce que tu te rends compte de ce que tu as fais ?! Passer un accord avec cette... cet être infâme mais tu as perdu la raison !

La jeune femme ouvrit la bouche d'indignation visiblement profondément touchée par ses paroles.

- Tu sais parfait que jamais je n'aiderai cette femme, et encore moins s'il faut tuer des personnes qu'elles soient innocentes ou coupables !

Bien sûre qu'il le savait mais il avait le plus grand mal à contrôler ses ressentiments envers Jeanine; qu'il ne croisait qu'en réunion généralement, et il se préparait à l'avance pour le front afin de ne pas lui laisser paraître toute sa haine pensant que cela pourrait fortement nuire à sa faction. Cordélia commençait à avoir de plus en plus de mal à contrôler ses émotions, quelques larmes commençaient à perler aux abords de ses yeux malgré qu'elle eut détourné son regard, James l'avait bien remarqué. Ce n'est cependant pas cela qui le poussa à la prendre dans ses bras la ramenant contre lui. Il l'embrassa sur le front caressant délicatement ses cheveux de sa main gauche tandis que sa main droite la soutenait par la courbure de ses hanches, et déposa sa tête contre la sienne.

-  Qu'elle ose seulement poser ses yeux de vipères sur toi, et je les lui arracherai avec les dents s'il le faut ! Que pense Jack de tout cela ? Tu lui en as parlé ?

La sincère semblait s'apaiser dans ses bras, elle resta un moment muette passant son bras dans le dos du fraternel allant le reposer sur la courbe de sa hanche gauche, tandis que sa main droite se mit à caresser le bras libre de James du bout des doigts; ces gestes le firent frissonner et le poussèrent à serrer plus fort Cordélia contre lui. Puis la leader reprit la parole dans murmure :

- Non ! Jack est le genre de personne a soit fermer les yeux pour éviter de s'attirer des ennuis. Soit d'aller du côté le plus avantageux pour lui et ensuite pour sa faction !

Sa réponse n'étonna en rien le fraternel qui la laissa cependant poursuivre sur sa lancée, il sentait qu'elle en avait encore sur le cœur et que cela devait sortir avant qu'elle n'explose.

- Je dois sûrement être un mauvais leader. Je pense plus à ne pas participer à sûrement des meurtres d'innocents, qu'à protéger ma faction !

A ses dernières paroles, James se redressa, prit le menton de Délia et le souleva doucement de sa main gauche, avant de rétorquer plongeant son regard dans le sien :

- Tu es loin d'être une mauvaise leader ! Bien au contraire ! Sinon tu ne serais pas là, à discuter avec moi de l'avenir de notre société. Jeanine et Jack peuvent bien penser ce qu'ils veulent mais ils ne vont pas nécessairement dans l'intérêt de leur faction, ni de la société. Ils voient leurs intérêts personnels avant tout, et cela, toi et moi ne sommes pas les seuls à le savoir. James marqua une pause et caressa de nouveau la joue de Délia sans la lâcher du regard. Quant aux altruistes, je ne peux pas dire que leurs leaders sont tous blancs comme neige... Mais de là à vouloir les anéantir. C'est bien de cela dont il est question dans le plan de Jeanine. Et après eux, ce sera au tour de qui ! Des sans-factions probablement, puis au tour des fraternels, nous ne la gênons pas particulièrement aujourd'hui mais nous ne lui sommes pas non plus d'une grande utilité. Les érudits sont tout à fait capable de nourrir la société par eux mêmes... enfin de se nourrir eux-mêmes, ils ont le matériel nécessaire pour fabriquer de quoi sustenter les corps. Que ce soit de la merde en boîte synthétique, cela ne dérangera pas les survivants ! Enfin, pour dire vrai, ils n'auront pas le choix s'ils veulent survivre.

Le fraternel avait peut-être un peu loin dans son discours mais il ne doutait pas le moins du monde que cela allait se passer ainsi s'ils la laissaient continuer sur sa lancée. Et encore, il avait évité à Délia le passage où les leaders des autres factions seraient lapidés en place publique. Sentant l'inquiétude grandissante de son amie aussi bien dans ses prunelles, que par ses tremblements qui se faisaient de plus en plus réguliers, James déposa son font contre le sien, son nez caressant doucement le sien au passage, il l'enlaça de nouveau contre lui sa main libre caressant ses cheveux, tandis que son autre main caressait doucement la courbure de ses hanches, les yeux clôt il reprit murmurant :

- Nous ne la laisserons pas faire, Délia !

Il la garda contre lui sans pour autant la retenir prisonnière, il n'avait pas envie de rompre ce contact; il se sentait bien ainsi.




©Codage by Mr. Chaotik
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudlardthewar.com/


avatar
I am
Messages : 588
Points : 610
Date d'inscription : 29/10/2014
Age IRL : 20
Localisation : Chicago


Carte d'identité
Mon âge: 37 ans
Ma faction d'origine: Fraternels
Mes relations:

Mer 26 Aoû - 14:00
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Moment de détente après une journée de dur labeur

Cordélia Thompson & James Fertson

Quand j'annonce que selon moi je suis un mauvais leader et égoïste je sens James se redresser. Il redresse mon menton pour plonger son regard brun dans mes yeux gris.

- Tu es loin d'être une mauvaise leader ! Bien au contraire ! Sinon tu ne serais pas là, à discuter avec moi de l'avenir de notre société. Jeanine et Jack peuvent bien penser ce qu'ils veulent mais ils ne vont pas nécessairement dans l'intérêt de leur faction, ni de la société. Ils voient leurs intérêts personnels avant tout, et cela, toi et moi ne sommes pas les seuls à le savoir,

commenca-t-il avant de faire une pause pour me caresser une nouvelle fois la joue avec sa main gauche tout en continuant de me regarder.

- Quant aux altruistes, je ne peux pas dire que leurs leaders sont tous blancs comme neige... Mais de là à vouloir les anéantir. C'est bien de cela dont il est question dans le plan de Jeanine. Et après eux, ce sera au tour de qui ! Des sans-factions probablement, puis au tour des fraternels, nous ne la gênons pas particulièrement aujourd'hui mais nous ne lui sommes pas non plus d'une grande utilité. Les érudits sont tout à fait capable de nourrir la société par eux mêmes... enfin de se nourrir eux-mêmes, ils ont le matériel nécessaire pour fabriquer de quoi sustenter les corps. Que ce soit de la merde en boîte synthétique, cela ne dérangera pas les survivants ! Enfin, pour dire vrai, ils n'auront pas le choix s'ils veulent survivre.

finit-il.
James pose ensuite son front sur le mien, nos nez se touchant mutuellement. Il me caresse encore une fois les cheveux, avec sa main libre, et ma hanche avec son autre main. J'attrape délicatement sa main gauche puis dépose deux petits baisers sur la paume.

- Je n'ai pas envie qu'il t'arrives quelque chose,

murmurais-je en gardant sa main dans la mienne que je ramène ensuite contre ma joue.

-  Nous ne la laisserons pas faire, Délia !

murmura-t-il a son tour. Il me garde contre lui sans me forcer à rester.

- Je tiens beaucoup à toi James et elle serait capable, le jour où elle s'en rendra compte, de s'en prendre à toi pour obtenir des choses de ma part,

dit-je en relevant les yeux vers lui. Je fais remonter ma main qui se trouve dans son dos, jusqu'à ses omoplates et ensuite lui caresse l'épaule avec douceur. J'hésite à lui dire ces deux mots qui me brûlent les lèvres mais je crains d'avouer mes sentiments pour qu'après arrive un malheur.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
I am
Messages : 514
Points : 535
Date d'inscription : 15/08/2015
Age IRL : 29
Localisation : avec ma famille


Carte d'identité
Mon âge: 41 ans
Ma faction d'origine: Erudits
Mes relations:

Mer 26 Aoû - 18:51






Moment de détente, après une journée de dure labeur

Feat. Cordélia Thompson







- Quant aux altruistes, je ne peux pas dire que leurs leaders sont tous blancs comme neige... Mais de là à vouloir les anéantir. C'est bien de cela dont il est question dans le plan de Jeanine. Et après eux, ce sera au tour de qui ! Des sans-factions probablement, puis au tour des fraternels, nous ne la gênons pas particulièrement aujourd'hui mais nous ne lui sommes pas non plus d'une grande utilité. Les érudits sont tout à fait capable de nourrir la société par eux mêmes... enfin de se nourrir eux-mêmes, ils ont le matériel nécessaire pour fabriquer de quoi sustenter les corps. Que ce soit de la merde en boîte synthétique, cela ne dérangera pas les survivants ! Enfin, pour dire vrai, ils n'auront pas le choix s'ils veulent survivre.

James déposa son font contre le sien, son nez caressant doucement le sien au passage, il l'enlaça de nouveau contre lui sa main libre caressant ses cheveux, tandis que son autre main caressait doucement la courbure de ses hanches, les yeux clôt il reprit murmurant :

- Nous ne la laisserons pas faire, Délia !

Cordélia attrapa délicatement sa main gauche pour y déposer deux petits baisers sur la paume, un sourire apparût sur les lèvres du fraternel à ce geste, puis la sincère ramena la main de James contre sa joue lui murmurant :

- Je n'ai pas envie qu'il t'arrive quelque chose ! Je tiens beaucoup à toi James et elle serait capable, le jour où elle s'en rendra compte, de s'en prendre à toi pour obtenir des choses de ma part.

Elle avait redressé son doux visage vers lui tout en prononçant ces dernières paroles, elle fit remonter sa main le long du dos de James jusqu'à ses omoplates, il ne pût retenir un frisson et accentua son sourire jouant un peu avec le nez de la sincère avant de rétorquer :

- Pour cela, il faudrait déjà qu'elle arrive à m'attraper... Même si je ne suis pas un audacieux, je sais parfaitement me défendre avec mes propres techniques. Ne t'en fais donc pas pour moi ! C'est à moi de te protéger, et non pas l'inverse !

A cet instant, James avait une envie folle de capturer ses lèvres et de laisser ses mains se balader sur le corps de la belle brune mais il savait qu'en faisant cela il risquait de la blesser. Même s'il était du genre à se laisser aller à ses instincts, à les suivre au maximum; cela ne lui empêchait pas d'avoir un cerveau et un cœur. Il avait bien conscience des sentiments de Délia envers sa personne, et ne voulait pas s'amuser d'elle; elle était bien plus importante à ses yeux. La jeune femme pouvait certainement lire dans son regard tout ce qui lui traversait l'esprit, il n'était pas du genre à camoufler, surtout dans ces moments là. Il n'y a qu'en politique qu'il est utile de mentir, selon lui. James jouait inlassablement avec le nez de Délia depuis plusieurs minutes, lorsqu'il se prit à effleurer ses lèvres brièvement puis il soupira profondément closant ses paupières, enfouissant son visage dans la chevelure soyeuse de la jeune femme qu'il enlaçait, murmurant à son oreille :

- Délia... La plus belle fleur de mon jardin. Pourquoi a t'il fallu que tu tombes sous le charme du seul insecte qui pourrait être fatal ?

Une pure métaphore fraternelle, que la sincère n'allait probablement pas avoir de mal à déchiffrer. Non pas que James ne se sentait pas à la hauteur avec Cordélia, loin de là. Il n'avait pas non plus peur de ce que pourrait en penser qui que ce soit; si ce n'est sa fille peut-être. Il se disait que ce n'était pas le moment de batifoler alors qu'un coup d'Etat se préparait sous leurs yeux, surtout pour deux leaders censés consacrer le plus clair de leur temps au bien être de leurs factions, plutôt qu'aux leurs. Mais il avait aussi quelques craintes sur leur histoire... elle l'aimait à n'en pas douter, il le sentait dans son regard, dans ses gestes, dans ses paroles... Mais quand était-il de ses sentiments à lui ? Que représentait-elle réellement pour lui ? Lui, James Fertson, le chef des "baba cool" qui sont en perpétuels harmonie avec eux mêmes et la nature; lui qui aime tous ses concitoyens les considérant comme des membres de sa famille. Etait-ce ce même amour qu'il ressentait pour sa confidente de longue date ? Où bien, est-ce que les choses avaient évoluées dans son cœur sans qu'il ne s'en rend compte ? Et Julia alors, qu'elle place avait-elle dans tout ça ? Toutes ces interrogations qui lui envahirent soudainement l'esprit l'agacèrent, ce qui le poussa à défaire son étreinte de la jeune femme pour préparer une nouvelle mixture atomique à base d'absinthe. Il procéda de la même façon que la première fois puis voyant le regard attristé de Délia, il joignit ses mains aux siennes les serrant doucement pendant le sucre caramélisé refroidissait dans la boisson troublée, joua à nouveau avec son nez pour lui faire redresser le visage, déposa son front contre le sien et rétorqua d'une voix douce :

- Je sais ce que tu ressens pour moi, Délia. Je ne veux pas m'amuser de toi.Il marqua une pause puis fixa son regard dans le sien. J'ai beaucoup de vices, je suis loin d'être parfait, j'aime profiter de tout ce que la vie m'offre mais... je ne veux pas profiter de toi. S'il se passe quelque chose entre nous, je ne peux pas te faire de promesses, je ne veux pas te dire de fausses paroles...Il se tut un instant puis déposa les mains de la sincère sur ses joues.Ce dont je suis sûre, c'est que je ne veux pas perdre ta confiance, ton respect... Je ne veux pas te perdre, juste pour des instants de douceur et de pures moments de plaisir intense. Je sais que ce serait bon entre nous. Je le sens. Mais est-ce que le risque en vaut la chandelle... ?

Deux parties de son être étaient en total contradiction... Sa raison lui disait de ne pas aller plus loin, de stopper tout de suite ce petit jeu, de l'éloigner de lui et ne plus consommer de produits illicites en sa compagnie. Mais son instinct, qui l'avait mené durant la plus grande partie de ses jours sur Terre, lui intimait de succomber aux désirs de leurs corps qui s'appelaient mutuellement depuis de nombreuses années. Il était évident pour James que c'était Cordélia qui allait trancher pour eux deux à cet instant de la suite du devenir de leur histoire, puisque lui était incapable de prendre cette décision cornélienne.




©Codage by Mr. Chaotik
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudlardthewar.com/


avatar
I am
Messages : 588
Points : 610
Date d'inscription : 29/10/2014
Age IRL : 20
Localisation : Chicago


Carte d'identité
Mon âge: 37 ans
Ma faction d'origine: Fraternels
Mes relations:

Lun 31 Aoû - 8:56
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Moment de détente après une journée de dur labeur

Cordélia Thompson & James Fertson

Un sourire se dessine sur les lèvres de James lorsque je prends sa main et dépose deux baisers sur sa paume. Je savoure du coin de l'œil se sourire puis je remonte ma main dans son dos pour la poser sur son épaule et la caresser délicatement. Ce geste ne le laisse pas sans réaction car son sourire s'agrandit.

- Pour cela, il faudrait déjà qu'elle arrive à m'attraper... Même si je ne suis pas un audacieux, je sais parfaitement me défendre avec mes propres techniques. Ne t'en fais donc pas pour moi ! C'est à moi de te protéger, et non pas l'inverse !

dit-il.
Je souris. Il continue de jouer avec mon nez avant d'effleurer ma bouche et plonger son visage dans mes cheveux.

-  J'ai bien envie de voir comment tu ferais,

dit-je.

-  Délia... La plus belle fleur de mon jardin. Pourquoi a t'il fallu que tu tombes sous le charme du seul insecte qui pourrait être fatal ?


Le risque, voilà pourquoi. La vie sans prendre de risques est insipide. Alors que la vie avec des prises de risque devient haute en couleur. Certes, il y a souvent plus de bas que de haut mais lorsqu'ils y a des hauts on est récompensé pour la prise de risque et on peut savourer la récompense. James lève mon visage vers le sien, pose son front contre le mien et parle à nouveau.

-  Je sais ce que tu ressens pour moi, Délia. Je ne veux pas m'amuser de toi. J'ai beaucoup de vices, je suis loin d'être parfait, j'aime profiter de tout ce que la vie m'offre mais... je ne veux pas profiter de toi. S'il se passe quelque chose entre nous, je ne peux pas te faire de promesses, je ne veux pas te dire de fausses paroles...Ce dont je suis sûre, c'est que je ne veux pas perdre ta confiance, ton respect... Je ne veux pas te perdre, juste pour des instants de douceur et de pures moments de plaisir intense. Je sais que ce serait bon entre nous. Je le sens. Mais est-ce que le risque en vaut la chandelle... ?

dit-il. Mes mains sont sur ses joues, je serre légèrement.
Mes yeux roulent légèrement vers le haut, de soulagement, mais lorsque James continue sur sa lancée ils reviennent se poser sur lui. Je l'écoute attentivement puis une fois qu'il a finit, je retire mes mains de son visage et je me redresse sur mes genoux pour me mettre bien en face de lui.

- Je t'aime pour ce que tu es James, que ce soit avec tes défauts ou non. Je te connais James et c'est pas pour tes "vices" que je vais fuir. Tu as tes défauts, j'ai les miens, personne n'est parfait. Cependant, ils le sont aux yeux de ceux qui les aiment et inversement,

déclarais-je de la voix la plus assurée que je puisse prendre en le regardant droit dans les yeux. J'effleure ses lèvres de mon pouce droit avant de rapprocher mon visage du sien, je m'arrête quand mes lèverez se trouvent à quelques centimètres des siennes.

- Étant une Fraternelle de naissance jamais je ne restreindrais ta liberté et tes envies,

ajoutais-je en caressant cette fois-ci sa joue.

- Tu n'es pas obligé de me répondre. Mais sache que je t'aime énormément !


Je clos ma phrase en déposant un baiser sur ses lèvres. Je me recule, m'apprêtant a partir dans peu de temps. L'alcool fort comme l'absinthe combiné au Laudanum me monte a la tête rapidement et les mots étaient sortis tout seuls de ma bouche. Un deuxième morceau de sucre est en train fondre doucement pour que James prenne un autre verre. Je l'accompagnerai bien mais je ne veux pas être saoule alors que les Audacieux surveillent sûrement mes faits et gestes et par la même occasion je ne veux pas avoir du mal à me souvenir de ce qu'il ce qu'il se passe sous influence de l'alcool et de la drogue.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Cordelia Thompson le Mer 9 Sep - 19:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
I am
Messages : 514
Points : 535
Date d'inscription : 15/08/2015
Age IRL : 29
Localisation : avec ma famille


Carte d'identité
Mon âge: 41 ans
Ma faction d'origine: Erudits
Mes relations:

Lun 31 Aoû - 18:02






Moment de détente, après une journée de dure labeur

Feat. Cordélia Thompson







- Pour cela, il faudrait déjà qu'elle arrive à m'attraper... Même si je ne suis pas un audacieux, je sais parfaitement me défendre avec mes propres techniques. Ne t'en fais donc pas pour moi ! C'est à moi de te protéger, et non pas l'inverse !

Délia sourit à son tour à ses paroles et rétorqua :

-  J'ai bien envie de voir comment tu ferais !

James continua de jouer avec son nez avant d'effleurer sa bouche et d'enfouir son visage dans sa chevelure soyeuse, humant discrètement son parfum délicat :

-  Délia... La plus belle fleur de mon jardin. Pourquoi a t'il fallu que tu tombes sous le charme du seul insecte qui pourrait être fatal ?

Le risque ? James était loin de songer que la sincère aimait le risque tout comme ces fous d'audacieux qui se jettent littéralement dans le vide dès leur intronisation. Bien sûre, lui aussi avait une part d'audace en lui mais il n'aimait pas prendre de risques inconsidérés comme la plupart d'entre eux le faisaient. Cependant on apprécie nettement plus sa récompense lorsque l'on a eu du mal à l'obtenir, et qu'il a fallut prendre des risques, cela ne fait aucun doute. Alors que James préparait une nouvelle mixture à base d'absinthe, il vit le regard attristé de Délia, il joignit ses mains aux siennes les serrant doucement pendant que le sucre caramélisé refroidissait dans la boisson troublée, il joua à nouveau avec son nez pour lui faire redresser le visage, déposa son front contre le sien et rétorqua d'une voix douce :

-  Je sais ce que tu ressens pour moi, Délia. Je ne veux pas m'amuser de toi. J'ai beaucoup de vices, je suis loin d'être parfait, j'aime profiter de tout ce que la vie m'offre mais... je ne veux pas profiter de toi. S'il se passe quelque chose entre nous, je ne peux pas te faire de promesses, je ne veux pas te dire de fausses paroles...Ce dont je suis sûre, c'est que je ne veux pas perdre ta confiance, ton respect... Je ne veux pas te perdre, juste pour des instants de douceur et de pures moments de plaisir intense. Je sais que ce serait bon entre nous. Je le sens. Mais est-ce que le risque en vaut la chandelle... ?

Deux parties de son être étaient en total contradiction... Sa raison lui disait de ne pas aller plus loin, de stopper tout de suite ce petit jeu, de l'éloigner de lui et ne plus consommer de produits illicites en sa compagnie. Mais son instinct, qui l'avait mené durant la plus grande partie de ses jours sur Terre, lui intimait de succomber aux désirs de leurs corps qui s'appelaient mutuellement depuis de nombreuses années. Il était évident pour James que c'était Cordélia qui allait trancher pour eux deux à cet instant de la suite du devenir de leur histoire, puisque lui était incapable de prendre cette décision cornélienne.
Cordélia quant à elle, serra légèrement ses mains contre le visage de James alors que ses yeux roulaient légèrement vers le haut au départ, puis revinrent se poser sur lui, elle l'écoutait avec attention avant de retirer ses mains de son visage, elle se redressa sur ses genoux pour se placer face à lui et déclara d'une voix assurée le fixant :

- Je t'aime pour ce que tu es James, que ce soit avec tes défauts ou non. Je te connais James et ce n'est pas pour tes "vices" que je vais fuir. Tu as tes défauts, j'ai les miens, personne n'est parfait. Cependant, ils le sont aux yeux de ceux qui les aiment et inversement.

Puis la leader sincère effleura les lèvres du fraternel de son pouce droit, il clôt les yeux brièvement se laissant imprégner par le doux coup de jus que ce geste lui procurait avant de sentir le souffle de Délia sur ses lèvres, elle venait de se stopper à quelques centimètres de sa bouche et caressa sa joue rétorquant :

- Étant une Fraternelle de naissance jamais je ne restreindrais ta liberté et tes envies.Tu n'es pas obligé de me répondre. Mais sache que je t'aime énormément !

La belle femme termina sa phrase déposant un baiser sur ses lèvres, il s'en délecta closant ses prunelles, un bref frisson parcourut son échine. Il s'avança au fil de son recul pour ne pas que ce baiser se stoppe mais elle réussit tout de même à rompre le contact. Le fraternel rouvre ses prunelles sur le départ de la belle brune, il se mordilla la lèvre inférieur alors que la sincère s'était levée dans la baignoire, ses merveilleuses petites fesses rebondies était juste à hauteur de vision du bel homme qui sentit son envie décupler cette apparition, il enserra fortement les parois de la baignoire soupirant tout en refermant ses paupières. Ne pas craquer ! Voilà ce qu'il tentait de faire ! La tentation était si grande... de plus en plus forte au fil qu'il sentait la jeune femme sortir de l'eau. James rouvrit ses prunelles, à présent remplies de désir sauvage et de détermination, il sortit de la baignoire, prit son verre qu'il renversa d'un trait sur le sol avant de le laisser giser dans sa mixture puis il s'approcha vivement de Délia, ses mains passant sous la chemise de la jeune femme pour aller empoigner avec vigueur ses seins, son corps encore humide ondulant doucement contre le sien, tandis que ses lèvres fiévreuses embrassaient sauvagement sa nuque. La respiration de James était saccadée, les battements de son cœur avait accéléré avec ses actions et ses prunelles dilatées trahissant son désir inassouvi. La sincère sembla surprise de ce retournement de situation, leurs regards se croisèrent alors qu'il stoppait le suçon dans sa nuque, elle pouvait y lire toute l'envie du fraternel, il ne parût pas nécessaire à James de dire mots. Il préférait laisser libre cours à son instinct à présent, il captura sauvagement ses lèvres, restant toutefois derrière elle en position de dominant, ses mains expertes pressèrent encore quelques instants la poitrine de la sincère avant d'arracher d'un trait sa chemise qu'elle avait commencé à reboutonner, puis son soutien gorge; le tout tomba au sol à leur pieds tandis que les mains de James redescendaient le longs des courbes de la sincère observant ses réactions. L'une de ses mains alla effleurer délicatement l'intérieur de ses cuisses; effleurer son entrejambe aurait été pour l'instant des plus malvenus, il avait besoin de sentir le désir de sa partenaire grandissant, il aimait aussi attendre que sa partenaire le supplie d'aller plus loin, que ce soit avec des paroles ou des gestes; cela rendait la suite beaucoup plus intéressante et meilleure pour les deux parties. Son autre main remonta lentement vers sa poitrine, il effleura ses seins avant de titiller ses mamelons, dévorant sa nuque de ses lèvres enflammées tandis qu'elle pouvait sentir son membre en érection contre sa croupe.





©Codage by Mr. Chaotik
[color=#4d4d4d]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudlardthewar.com/


avatar
I am
Messages : 588
Points : 610
Date d'inscription : 29/10/2014
Age IRL : 20
Localisation : Chicago


Carte d'identité
Mon âge: 37 ans
Ma faction d'origine: Fraternels
Mes relations:

Lun 7 Sep - 14:43
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Moment de détente après une journée de dur labeur

Cordélia Thompson & James Fertson

L'orsque je caresse doucement du pouce les lèvres de James, je le vois fermer les yeux quelques instants. J'en profite pour contempler le visage qui fait tant chavirer mon cœur. Je me rapproche jusqu'à ce que ma bouche soit presque sur le point de toucher la sienne puis je lui caresse à nouveau la joue et ce, avec délicatesse.

- Étant une Fraternelle de naissance jamais je ne restreindrais ta liberté et tes envies.Tu n'es pas obligé de me répondre. Mais sache que je t'aime énormément !

dit-je juste avant de lui voler un doux baiser. Pendant cet instant il ferme de les yeux, je l'imite pour profiter encore plus de ce moment. Je sens comme une chaleur au creux de mon ventre, une chaleur rassurante qui me donne envie de continuer. Dans un dernier éclair de lucidité je décide de me reculer pour rompre ce contact et attendre de voir la suite des événements mais il me suis sur quelques centimètres avant de que notre baiser s'interrompt. Je sors de la baignoire, me sèche rapidement avec une serviette avant de commencer a me rhabiller. Je mets mon soutien-gorge puis je boutonne ma chemise petit à petit lorsque j'entends James sortir de l'eau. J'arrive a fermer la moitié des boutons lorsque je sens des mains chaudes, un peu mouillées à cause de l'eau, se glisser sous ma chemise et se poser avec une certaine fermeté sur mes seins. Je lâche un hoquet de surprise même si j'attendais un rapprochement depuis un moment.
James commence a m'embrasser dans le cou avec une ardeur qui me fait sourire.

- James,

dit-je dans un petit soupir de plaisir.
Je me tourne légèrement de sorte à pouvoir le regarder dans les yeux, il arrête de me faire un suçon pour me regarder à son tour. Je remarque toute l'envie, le désir qui l'habitude à ce moment même et je commence a me perdre dans ses beaux yeux bruns et le bruit de sa respiration saccadée, l'homme que j'aime est là contre moi et nu donc autant en profiter. Soudain il se met à m'embrasser avec fougue. Mon cœur qui bat déjà la chamade depuis que je suis entrée dans la baignoire s'emballe. Ma fébrilité disparaît pour laisser place à l'excitation du moment et le plaisir. Je ferme les yeux et lui rends son baiser fougueux par un passionné, ses mains passent encore quelques instants sur mes seins avant d'enlever avec hâte ma chemise puis mon soutien-gorge. Ses mains descendent le long de mes courbes et l'une d'entre elles effleure l'intérieur de mes cuisses. Sûrement dû à l'effet de l'alcool fort qui me tape un peu beaucoup sur le système et qui doit sûrement créer un bouchon monstre entre mes neurones, je lâche un hmm de plaisir, toujours un sourire aux lèvres alors qu'on s'embrasse.

- Continue,

lâchais-je péniblement lorsqu'il met fin a son baiser. Je passe un bras derrière son cou pour agripper ses cheveux tandis que mon autre main coure le long de sa cuisse gauche, de bas en haut. L'autre main de James fait son chemin jusqu'à ma poitrine et se met à jouer avec mes tétons. Je sens les lèvres de James recommencer à couvrir mon cou et ma nuque de baisers enflammés. Je l'interromps dans sa série de baisers pour me tourner face à lui. D'une main je lui caresse la tête pendant qu'avec l'autre je fais courir mes doigts sur son torse, du sternum jusqu'en bas de l'abdomen. Je l'embrasse a mon tour dans le cou, partant de la base du cou jusqu'à la mâchoire puis je me hisse légèrement sur la pointe des pieds pour déposer un baiser sur ses lèvres.

- Fais-moi l'amour, James Fertson, mon amant !

dit-je en le regardant droit dans les yeux, à la limite de prendre d'exploser d'impatience, d'un ton mélangeant l'impatience et la supplication tout en essayant d'adopter une voix sensuelle. Ma main qui caresse sa tête descend le long de sa nuque puis de son torse pour ensuite agripper l'une de ses fesses. L'autre main se pose sur la hanche de mon amant. Je me repositionne sur la plante de mes pieds et j'embrasse le haut de son torse tout en faisant en sorte de me coller contre le lui, profitant un maximum du fait que je lui fait de l'effet. Une de mes mains caresse son torse en remontant toujours au moment où elle frôle le sexe de James.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Cordelia Thompson le Lun 28 Sep - 16:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
I am
Messages : 514
Points : 535
Date d'inscription : 15/08/2015
Age IRL : 29
Localisation : avec ma famille


Carte d'identité
Mon âge: 41 ans
Ma faction d'origine: Erudits
Mes relations:

Lun 7 Sep - 19:12






Moment de détente, après une journée de dure labeur

Feat. Cordélia Thompson







Alors que les mains de James caressaient fermement les seins de Délia, elle lâcha un hoquet de surprise, le laissant faire sans aucune résistance. Le corps de James, encore humide, ondulait doucement contre celui de la sincère, tandis que ses lèvres fiévreuses embrassaient sauvagement sa nuque. La respiration de James était saccadée, les battements de son cœur avait accéléré avec ses actions et ses prunelles dilatées trahissant son désir inassouvi. Il ne perçut pas le sourire de Délia, trop occupé à assouvir ses pulsions mais entendit son prénom prononcé dans un soupir de plaisir; ce qui l'encouragea à continuer de plus bel. La sincère sembla surprise mais heureuse de ce retournement de situation, leurs regards se croisèrent alors qu'il stoppait le suçon dans sa nuque, elle pouvait y lire toute l'envie du fraternel, il ne parût pas nécessaire à James de dire mots. Il préférait laisser libre cours à son instinct à présent, il captura sauvagement ses lèvres, restant toutefois derrière elle en position de dominant, ses mains expertes pressèrent encore quelques instants la poitrine de la sincère avant d'arracher d'un trait sa chemise qu'elle avait commencé à reboutonner, puis son soutien gorge; le tout tomba au sol à leur pieds tandis que les mains de James redescendaient le longs des courbes de la sincère observant ses réactions. Délia semblait plus que réceptive à ses gestes, elle clôt ses prunelles et lui rendit son baiser fougueux tandis que le leader continuait de parcourir son corps. L'une des mains de James alla effleurer délicatement l'intérieur de ses cuisses; effleurer son entrejambe aurait été pour l'instant des plus malvenus, il avait besoin de sentir le désir de sa partenaire grandissant, il aimait aussi attendre que sa partenaire le supplie d'aller plus loin, que ce soit avec des paroles ou des gestes; cela rendait la suite beaucoup plus intéressante et meilleure pour les deux parties. Sa partenaire ne se fit pas prier, elle poussa un cri de plaisir avant d'émettre d'une voix suave :

- Continus...

Cordélia glissa un bras derrière sa nuque allant s'aggriper à ses cheveux, tandis que son autre main parcourait la cuisse de James de bas en haut. L'autre main de James remonta lentement vers sa poitrine, il effleura ses seins avant de titiller ses mamelons, dévorant sa nuque de ses lèvres enflammées tandis qu'elle pouvait sentir son membre en érection contre sa croupe. Soudainement Délia l'interrompit dans son élan, se tournant face à lui; il ne pût s'empêcher de la faire reculer précipitament jusqu'au mur. Il était hors de question à présent qu'ils s'arrêtent là ! Une main de la belle brune vint caresser sa tête alors que que les doigts de son autre main courraient voluptueusement le long de son torse, il ne pût retenir un profond soupir de plaisir, souriant à sa partenaire plongeant à nouveau son regard animal dans le sien alors que leurs corps ne faisaient bientôt plus qu'un. Les lèvres de Délia se logèrent à leur tour dans le cou du fraternel qui bascula légèrement son visage de côté closant ses yeux noisettes, la laissant faire à son bon plaisir. Il rouvrit ses prunelles lorsqu'il sentit le bassin de la sincère s'appuyer plus fermement contre le sien alors qu'elle murmurait lascivement :

-  Fais-moi l'amour, James Fertson, mon amant !

Sa main caressante descendit le long de la nuque de James jusqu'à son torse avant d'aller agripper ses fesses; tandis que son autre main se déposa sur sa hanche le laissant toujours dans une excitation grandissante, qui commençait à devenir difficile à supporter. James esquissa un sourire coquin tandis qu'il baissait légèrement son visage pour la laisser capturer ses lèvres, faisant glisser ses mains le long des courbes de la sincère avant de masser brièvement ses fesses avec douceur pour enfin agripper l'arrière de ses cuisses et surélever son bassin à hauteur du sien. Il ne la pénétra pas encore, préférant attendre de nouvelles supplications, même si l'attente devenait de plus en plus difficile au fur et à mesure de leur étreinte charnelle. Les frôlements de Délia sur son intimité lui intimait qu'elle n'était pas encore totalement prête pour le recevoir. Le membre de James commença à faire quelque va et vient contre l'intimité de Délia tandis qu'il ne lâchait pas du regard se délectant de l'effet qu'il lui faisait avant de déposer un baiser fiévreux sur ses lèvres accélérant le mouvement puis il murmura d'une voix fiévreuse à son oreille entre deux soupirs :

- Nous irons plus loin que le septième ciel, si tel est ton désir...

Sentant que son excitation allait être difficile à maintenir plus longtemps en l'état, le fraternel ralentit puis se stoppa, laissant sa tension redescendre tandis qu'il remonta doucement Délia contre lui capturant ses lèvres fiévreusement par intermittence tandis qu'il avançait vers sa couche. Il se pencha doucement installant sa partenaire plus à son aise, libérant sa main gauche qui remonta voluptueusement de l'intérieur de sa cuisse gauche à sa poitrine alors que sa main droite caressa plus fermement l'intérieur de sa cuisse droite avant d'effleurer délicatement son intimité à présent humide; il sourit à Délia, la regardant un instant avec tendresse murmurant sur le même ton :

- Laisse-toi aller, ma belle... nous allons faire un beau voyage...

Les lèvres de James entreprirent une descente fiévreuse le long du corps de sa partenaire, qui semblait apprécier, il s'arrêta sur ses points sensibles amplifiant ses mouvements circulaires : dans sa nuque, à chacun de ses seins, en dessous de son nombril puis à l'intérieur de ses cuisses; tandis que le pouce de sa main droite faisait des mouvements circulaires fermes sur son clitoris avant qu'il ne descende le long de ses petites lèvres et la pénètre lentement à plusieurs reprises. Le fraternel stoppa là ses caresses laissant sa partenaire reprendre son souffle, et réclamer des prolongations. A peine eut-elle reposé un regard sur lui, qu'il reprit ses baisers fiévreux sur son bas ventre, et fit pénétrer délicatement deux de ses doigts dans l'intimité de sa partenaire, tandis que son pouce reprenait ses mouvements circulaires sur son clitoris. Cela ne fit pas diminuer son excitation mais augmenta à coup sûre celle de sa partenaire, James accéléra les va et vient de ses doigts tandis qu'il remontait en baiser fiévreux le long du corps de Délia. Arrivé à sa nuque, il sourit plus amplement observant avec bonheur l'extase de sa partenaire, il ralentit son va et vient pour faire pénétrer un troisième doigt dans son intimité puis reprit son accélération se délectant du plaisir qu'il procurait à sa partenaire.

   




©Codage by Mr. Chaotik
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudlardthewar.com/


avatar
I am
Messages : 588
Points : 610
Date d'inscription : 29/10/2014
Age IRL : 20
Localisation : Chicago


Carte d'identité
Mon âge: 37 ans
Ma faction d'origine: Fraternels
Mes relations:

Sam 7 Mai - 23:34
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Moment de détente après une journée de dur labeur

Cordélia Thompson & James Fertson

Je connais James depuis longtemps et me retrouver seule avec lui m'a toujours plu. Au fil des années, nous nous sommes rapprochés l'un de l'autre jusqu'à devenir confidents. La promiscuité entre nos deux corps depuis que j'ai rejoins James dans son bain perturbe le flux de mes pensées, être nue avec l'homme que j'aime ne me permets pas de réfléchir convenablement d'autant plus que l'alcool que j'ai bu couplé au laudanum commence de plus en plus à faire effet. Embrasser James a en quelque sorte brisé un sceau en moi,  sceau que j'essayais de garder fermé depuis des années, et malgré le fait que cela m'ait fait un bien fou je me sens légèrement coupable vis à vis des règles mais surtout de a fille de James. Je suis donc sortie de la baignoire dans un ultime éclair de lucidité pour me rhabiller et imposer une petite distance entre nous. Cependant je suis à la fois surprise et soulagée que James me suive et vienne plaquer ses mains chaude sur mon buste.

Nous passons les minutes suivantes à nous caresser l'un l'autre, à nous embrasser. La chaleur que j'ai ressentie lorsque j'ai embrassé mon confident commence peu à peu à se répandre dans tout mon être tel un feu qui embrase chaque arbres d'une foret. Les mains de mon désormais amant parcourent mon corps avec une certaine avidité tandis que leur propriétaire m'embrasse avec ardeur ; je me contorsionne pour lui rendre son baiser et je le laisse continuer tout en passant un bras derrière sa nuque pour agripper ses cheveux avec douceur. Je me tourne ensuite vers lui pour pouvoir le regarder puis il s'empresse de me faire reculer et il me plaque contre le mur. Je lui adresse un sourire d'envie tout faisant passer une main derrière sa nuque. Je me mets a faire courir ma seconde main sur le torse de James qui lâche un soupir de plaisir avant de sourire et de planter son regard dans le mien tout en se collant un peu plus contre moi. Je commence a embrasser son cou et il penche légèrement la tête sur le côté pour me faciliter la tâche. Je finis par coller mon bassin contre le sien avant de lui susurrer de me faire l'amour, je ne doute pas que c'est ce que l'on va faire mais il a l'air d'aimer que je demande les choses alors je le fais.

Ma main sur sa nuque glisse doucement sur son torse puis passe dans son dos pour se poser sur les fesses de James et mon autre main stoppe ses caresses pour se poser sur la hanche de mon amant. Il sourit puis penche son visage vers le mien et m'embrasse tout en faisant glisser ses mains le long de mon corps avant d'agripper l'arrière de mes cuisses et de me surélever. Je croise alors mes jambes derrière son dos, passe un bras derrière sa nuque et ma main s'agrippe à son épaule tandis que l'autre se pose sur sa joue. Pendant encore plusieurs secondes nous restons là à se regarder, profitant de l'effet que chacun produit à l'autre et James m'embrasse avec une exaltation qui provoque en moi un certain sentiment de victoire : depuis le temps que j'attendais de vivre un moment d'intimité avec James, se suis servie. Entre deux baisers fougueux, il vient me susurrer à l'oreille :

- Nous irons plus loin que le septième ciel, si tel est ton désir...

A ses mots, un vague frisson de plaisir me parcoure. Il reprend là où s'était arrêté et j'arrive à dire entre deux baisers :
- C'est mon désir, James.

La fréquence des baisers ralentit jusqu'à se stopper. Mon Fraternel me remonte un peu vers lui, m'embrasse de temps à autres tout en s'éloignant du mur et m’emmenant vers son lit. Il tire les draps puis se penche en avant pour m'installer sur le matelas, je décroise les jambes pour le laisser se mouver à sa guise. Les Fraternels ont le choix en ce qui concerne leur endroit pour dormir : il peuvent choisir un hamac ou avoir un lit avec un matelas. Bien sur, le confort du matelas est moindre que s'il s'agissait d'un matelas chez les Érudits ou les Sincères mais trêve de bavardages ce n'est pas le moment de penser au confort.
Mes pensées s'évaporent pour laisser place à l'instant présent. Je ferme quelques instants les yeux, savourant les audacieuses caresses de James entre mes cuisses la sensation de ses mains légèrement usées par le travail dans les champs m'est agréable. Je rouvre les yeux pour le regarder et je constate qu'il me regarde aussi, avec un sourire et un regard qui me font fondre de joie. Il me murmure alors d'une voix pleine de douceur :

- Laisse-toi aller, ma belle... nous allons faire un beau voyage...
- Je n'attends que ça mon amant, dis-je en lui rendant son sourire.

James me regarde encore une fraction de seconde avant de commencer à m'embrasser le long de mon corps tout en s'arrêtant sur les parties les plus sensible et les plus a même d'augmenter en moi mon désir d’être sienne. Je ferme encore les yeux, pour pouvoir laisser le sens du toucher être le seul maître à bord. De la nuque jusqu'à mon entre-jambe, James entreprend de faire monter mon excitation. Sentiment qui ne redescend pas lorsque mon amant commence à effectuer des mouvement circulaires sur mon clitoris avec son pouce qu'ensuite i fait glisser doucement sur mes petites lèvres avant d'entrer en moi. Je prends une inspiration et continue de savourer ce moment. Quand James s'arrête je rouvre les yeux et le regarde, la respiration commençant à devenir saccadée. Je m'apprête à lui demander de continuer mais il reprend de plus belle en reprenant ses baisers enivrés sur mon bas-ventre et me pénètre à nouveau délicatement avec ses doigts tout en usant de son pouce sur mon clitoris. Mes mains enserrent les draps et ma poigne augmente à chaque fois que le rythme de James s'accélère tandis qu'il remonte vers ma nuque en déposant ses baisers sur mon corps. Je le regarde s'affairer et je me perds à regarder son sourire qui s’agrandit lorsqu'il remarque le plaisir qu'il me procure. Le mouvement de ses doigts ralentit et j'en profite pour essayer de faire retomber mon désir pour en garder pour plus tard. James recommence son opération en accélérant ses mouvements, brouillant à nouveau mon esprit déjà embrumé par l'alcool et le laudanum. Je desserre la pression que j’exerce sur les draps pour attirer un peu plus le visage de James vers moi et je l'embrasse avec passion.

- Je veux être tienne, dis-je entre deux baisers, d'une voix un peu sourde et essoufflée.

Je glisse une main sur sa nuque puis sur son torse et son ventre avant d'empoigner délicatement le membre de mon amant. Tout en continuant à embrasser James, je commence à effectuer des mouvement de va et viens de la main.

- Et je veux que tu sois mien ! dis-je en stoppant mes baisers pour le regarder droit dans les yeux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 

Moment de détente, après une journée de dure labeur [HOT + 16 ans]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Après une longue journée de dur labeur... [PV]
» Quel est l'abruti qui a parlé d'un moment de détente ? [Trey]
» Moment de détente après un gros entrainement (Pv Maria Miller)
» Petit moment de détente || Libre
» Un petit moment de détente entre soeur [LOUANNE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Edge of Future :: Outside the City :: Quartier des Fraternels-